lundi 17 avril 2017

Un libraire pas comme les autres

Éric Forbes décide dès la première page de son roman de nous faire sortir de la prison de Bordeaux par un jour de pluie. L’ambiance sombre qui en découle va ainsi suivre Étienne Chénier tout le long de ses pérégrinations. De libraire amateur de polars et grand pratiquant d’arts martiaux, il est passé à meurtrier quatre ans aux parts avant. Sitôt sa libération, faite dans des conditions opaques et secrètes, il met en branle sa vengeance savamment mijotée tout en égratignant au passage un chauffeur de taxi pervers.

Bien sûr, comme dans tout polar noir qui se respecte, nous y trouvons un enquêteur dépressif, alcoolique et dans une forme plus que contestable, Denis Leblanc, accompagné d’une partenaire, Sophie, qui n’a d’autre choix que de le supporter. N’ayant plus rien à perdre, les deux protagonistes vont se lancer dans une course poursuite haletante. Laissant derrière lui une piste sanglante où les cadavres s’additionnent au grès des pages, notre libraire va donc nous faire visiter Montréal puis Amqui.

Au travers de l’intrigue et de ses personnages, l’auteur nous décrit une société totalement désabusée où le pouvoir est intégralement déconnecté de ses électeurs évoluant dans une sphère à part qui se veut intouchable. Tout est noir dans ce livre, l’atmosphère, les personnages et même l’humour, lequel est décapant, mais tellement plaisant. La violence est omniprésente et les luttes ne sont pas juste physiques, les personnages sont déchirés.


Somme toute, c’est un opus qui tient ses promesses, une histoire bien glauque qui tient en haleine son lecteur d’un bout à l’autre de l’ouvrage. Un digne représentant de la collection Héliotrope Noir.

Dominique de Leeuw

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire