jeudi 6 octobre 2016

Jeudi jeunesse : Annabelle

Annabelle Savaria est en secondaire 2. Elle vit dans une belle grande maison avec ses deux parents. Elle a une nounou, Daniella, qui est présente tous les jours pour faire le ménage et les repas. En fait, Annabelle voit beaucoup plus la nounou que ses propres parents qui sont souvent absents à cause de leur travail. Cependant, ceux-ci ont des idées très claires quant à l’éducation de leur fille. Particulièrement la mère d’Anna, qui exige d’elle de toujours donner le meilleur d’elle-même et de projeter une certaine image. Ainsi, elle doit suivre des cours de ballet classique – même si ça ne plait plus à la jeune fille qui aimerait les abandonner –, écouter de la musique classique, et ce à un volume convenable – alors que c’est le hip hop qui retient sa faveur –, obtenir de très bonnes notes, etc. Bref, un peu trop de règles qui ne conviennent pas à Annabelle qui ne se reconnaît pas dans les choix que fait sa mère pour elle.

De tout cela, la jeune fille est exaspérée, mais elle réussit à vivre avec sans trop se plaindre. Jusqu’à ce qu’un beau garçon de secondaire 5 s’intéresse à elle. Les attentions d’Éric créeront un froid dans la relation d’Annabelle avec sa meilleure amie Léa. Lorsque Éric l’invitera à un party chez lui, elle se tournera vers Jessica, une fille beaucoup plus délurée, pour l’accompagner, espérant que cette dernière pourra lui donner des conseils pour charmer Éric.

Après cette fameuse fête, les discussions sur les réseaux sociaux entre Éric et Annabelle continuent jusqu’à ce qu’il se passe un événement malheureux qui ébranlera l’adolescente.

Les réactions des personnages sont empreintes de réalisme. Stéphanie Deslauriers raconte dans un langage près des adolescents leurs principaux enjeux auteurs des sujets qui les intéressent et préoccupent. Annabelle est une jeune fille charmante avec un humour qu’on ne peut qu’apprécier. Il est rafraîchissant de trouver des personnages adolescents encore naïfs ou « bébés » comme ils sont traités dans le texte, c’est-à-dire des personnages qui portent encore une bonne part de l’innocence de l’enfance à 14 ans. On en voit beaucoup trop qui vieillissent trop rapidement…

L’intervention de la sexologue après l’événement qui bouleversera la vie d’Annabelle permet aux lectrices et aux lecteurs d’identifier les signes, parfois insidieux, qui ont mené à cette situation ainsi que le moyen d’éviter de se trouver dans le même genre de circonstance, ainsi il est porteur de solutions. Et le tout est fait sans jugement ni ton moralisateur. C’est ainsi qu’elle aborde la question des amitiés réelles par opposition aux amitiés « d’intérêt », des dangers de partager des photos intimes, des relations entre parents et adolescents ainsi que de la nécessité d’une communication ouverte et sans jugement, du respect de soi, de la fidélité à soi, pour ne nommer que ceux-là.


C’est un roman qui pourrait servir d’amorce de conversation entre parent et adolescent, après que chacun en ait fait la lecture de son côté.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire