mardi 5 avril 2016

Le temps du paysage

Lundi j’ai fait la lecture du dernier bouquin d’Hélène Dorion. Lundi, je me suis plongé dans ses mots, ses images. Lundi, elle m’a plongé dans mes zones de brouillard. Dans un état presque méditatif, j’ai lu, j’ai vu ce qu’elle a couché sur les pages. J’ai vu, ressenti et pu nommer le petit malaise qui m’habitait depuis quelques semaines. Lundi, après ma lecture, j’ai peint ce que je vivais. Lundi, j’ai mis des mots sur l’inconfort que je couvais.

La littérature a la capacité de nous émouvoir. La bonne littérature va plus loin encore. Elle a le pouvoir de résonner en nous et nous amener à une meilleure conscience de nous-même. De nous pousser à agir pour avoir une vie qui nous convient. C’est ce qu’a fait Le temps du paysage pour moi.

Ce petit bouquin est composé de textes et d’images qu’Hélène Dorion a écrit et prises alors qu’elle était effectuait une résidence littéraire en Italie. À travers les mots et les paysages, elle y explore les états transitoires où l’on ne peut encore apercevoir clairement ce qui se dresse devant nous. Vous savez, ces moments où l’on avance dans l’inconnu et où les choses ne se révèlent que si l’on continue notre chemin, au fur et à mesure que l’on poursuit notre route. On veut dissiper le brouillard, mais on ne peut pas. On ne peut qu’être là. Comme on ne décide pas des circonstances de notre vie. On vit avec elles, on est avec elles.

Entourée de paysages qui incitent à l’introspection, à la méditation, elle a écrit sur l’effacement des frontières entre soi et l’environnement. Elle a photographié son environnement, car les mots ne suffisaient pas à traduire la beauté, le flou, le brouillard.




Le temps du paysage est une réflexion sur la perception que nous avons de la réalité, sur la relation que nous avons avec le paysage, qui révèle nos propres zones d’ombre ou de brouillard. En lisant, on entre dans un état quasi méditatif. On vibre sous les mots de l’auteure. La poésie de sa prose ne peut que nous toucher, nous bercer.

Résultat de réflexions sur la vie, la mort, l’amour et la beauté, le livre contient également un hommage au père de l’auteure, qui se mourrait à la fin de son séjour en Italie.

Lire Le temps du paysage, c’est un peu accéder à un moment de grâce.


----
Dès l’âge de 15 ans, Hélène Dorion s’est intéressée à la photographie. Elle considère les images comme « un langage en soi ». Dans Le temps du paysage, elles ne servent pas à illustrer le texte, mais elles « résonne [nt] avec » lui.  


Auteure aguerrie, Hélène Dorion a publié plus de 30 livres, traduits et parus dans une quinzaine de pays. Elle est également lauréate de nombreux prix littéraires comme les prix Anne-Hébert, Senghor, Wallonie-Bruxelles.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire