samedi 28 février 2015

Dans la boîte aux lettres cette semaine!

Pendant que certains s'amusent au Salon du livre de l'Outaouais ou à la Foire du livre de Bruxelles (grosse jalousie, même pas dissimulée!), nous on se console avec les nouveaux arrivages. En bout de ligne, on est dans les livres et c'est du bonheur aussi!


Sors de ce corps, François Leblanc,
Triptyque

Un livre qui tombe à point pour moi. Je suis curieuse!
Laissez courir les éléphants, David Usher,
Québec Amérique

Marjorie Chalifoux, Véronique-Marie Kaye
Prise de parole

Tango tatouage, Jean Perron,
David, collection Indocile

La chute des mondes, t.1 - La malédiction de l'ogre,
Marc Sévigny, Recto Verso

Le sourire en fuite, Julie Tétreault,
Québec Amérique

Un à zéro pour Charlot, Jannick Lachapelle,
Fonfon

Le vieux monsieur et la mouche,
Jocelyne Ouellette, Z'Ailées

lundi 23 février 2015

Pardonnable, impardonnable

Parfois, la somme des secrets des membres d’une famille est ce qui la consolide dans un équilibre précaire. Un événement, quelle qu’en soit la taille, a le pouvoir de faire s’écrouler la cellule familiale. Comme un jeu de domino, les secrets et les mensonges tombent l’un après l’autre, jusqu’à ce que la structure soit démantelée. 

Lorsque Milo, 12 ans, est victime d’un traumatisme crânien en faisant une course à vélo, il se trouvera au centre des débris familiaux. Autour de lui, sa mère, son père, sa tante et sa grand-mère tenteront de faire face à son état et aux dégâts affectifs que l’accident a révélés. La toile tissée de mensonges et d’omissions se déchire, laissant la famille dans un état de ruines.

Ils se sont tus pour sauvegarder les apparences, pour acheter la paix. Mais cela n’est qu’un mirage, car quand on achète la paix avec un autre, on se déclare la guerre. Sous les apparences de bonne entente foisonnent colère et ressentiment. On devient porteur d’une bombe à retardement. La destruction est programmée, sans que l’on sache comment et quand elle aura lieu.

La découverte des méprises pose une question : les faits reprochés sont-ils pardonnables ou impardonnables? La recomposition de la famille dépend de la réponse à cette question; seuls les gens ayant commis des actes pardonnables pourront faire à nouveau partie du clan.

Pardonnable, impardonnable est un roman choral dans lequel la voix de chaque personnage s’ajoute à celle des autres pour lever un pan du voile qui couvre leurs plaies purulentes. Ils s’adressent tous à un autre, dans leur tête plus qu’à vive voix, encore accrochés à leurs vieux mécanismes de fonctionnement. Valérie Tong Cuong entretient brillamment le mystère. Le lecteur découvre l’étendue des dégâts, page après page, personnage après personnage. Elle décrit admirablement les conséquences des relations parent-enfant, des non-dits. C’est l’histoire des secrets, de la jalousie, de la rancœur, des abus, de drames tenus sous silence, cachés. Puis il y a cette manie de vouloir blâmer l’autre, de désigner un coupable et, donc, de se poser en victime! De ne pas se remettre en question, de ne pas être « dans le tort ». Cette façon manichéenne de concevoir la vie, les relations. L’un a tort, l’autre a raison. Noir ou blanc. Aucune zone de gris.

Cette famille, ça pourrait être la nôtre. Pas besoin de s’agir de gros secrets pour que les non-dits minent les relations. Combien de couples, de familles se disant « tissées serrées » taisent des insatisfactions? N’osent pas se parler pour maintenir l’illusion de la bonne entente. Parce qu’on ne sait pas comment se parler. Parce qu’on a peur d’être culpabilisé. Parce qu’on a trop peur de perdre, de souffrir.

De façon intéressante, le roman décrit en quelque sorte la courbe du processus de deuil qui se joue à divers degrés lorsque l’équilibre de notre vie est perturbé : choc, déni, colère, tristesse, acceptation et reconstruction. Car de la douleur, naît l’espoir. Valérie Tong Cuong démontre qu’il est possible de se reconstruire, par la remise en question de notre rôle dans la dynamique, la mise à jour des zones d’ombre et le pardon. Des autres, mais aussi de soi.

Un roman comme je les aime, où tout est dans la psychologie des personnages.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Chronique sur L'atelier des miracles, paru en 2013

samedi 21 février 2015

Dans la boîte aux lettres cette semaine!

Voici ce qu'on a reçu de nouveau cette semaine.

Bon samedi à vous tous!

Les notes de sang, Corinne De Vailly,
Recto Verso

Le cinquième corridor, Daniel Leblanc-Poirier,
Perce-Neige

Les lectures terminales, Jean Dumont,
Indociles

Le rythme du mensonge, Sandra Messih,
Recto Verso

Les bonheurs caducs, Élyse-Andrée Héroux,
Québec Amérique collection Latitudes

T'es où, Célestin?, Alain Poissant, Sémaphore

Le prédateur, Jane O'Neil, De la corde raide

Les filles modèles, tome 1 - Guerre froide,
Marie Potvin, Les malins


Plus léger que l'air,
Simon Boulerice, illustrations
Agathe Bray-Bourret,
Québec Amérique
collection Petit Poucet


samedi 14 février 2015

Dans la boîte aux lettres cette semaine!

Bon week-end chers lecteurs! 

Le temps froid ne vous démoralise pas trop, j'espère. Pour ma part, le soleil compense pour les frissons. Je m'emmitoufle et travaille sur mes projets qui avancent rondement. Au point où, cette fin de semaine, je me promets de lire un peu. Ma sélection fait partie des nouveaux titres arrivés cette semaine. Je vous laisse deviner!

À bientôt,

La Bouquineuse boulimique

Les forces du désordre, Camille Bouchard,
Québec Amérique, collection Magellan

L'arme de la bienveillance, Ani Lodrö Palmo,
Guy Saint-Jean

La cache, tome 1 - L'effet jus d'orange,
Sandra Dussault, Québec Amérique, collection Magellan

Pardonnable, impardonnable, Valérie Tong Cuong,
JC Lattès

Journal d'un disparu, Maxime Landry,
Libre expression

D'art et de sang, tome 1 et 2,
Benjamin Faucon, AdA

lundi 9 février 2015

Après 20 ans le dénouement...

Les années se sont écoulées, vingt ans ont passé depuis la folle course pour échapper à l’inquisition, au Cardinal Richelieu ainsi qu’au roi. Les Dujardins, accompagnées de François Morin, se sont réfugiées en Bretagne avec l’aide du conte de Tréville et profitent d’un repos bien mérité. La petite fille Jeanne, que nous avons connue dans les péripéties précédentes, est désormais mère propulsant ainsi Anneline dans le rôle de grand-mère et positionnant François en patriarche fier et protecteur de la maisonnée. Ne pouvant fuir leur destinée de guérisseuses, les femmes ont naturellement repris leurs activités et partagent leur talent avec la population des alentours tout en formant Madeleine, la fille de Jeanne, à cet art. Mais Jeanne ne fut pas la seule enfant d’Anneline. De la relation entre les deux principaux acteurs des précédents tomes est né Charles, un apothicaire âgé de 20 ans lorsque débute cette nouvelle histoire.

La prophétie peut s’exaucer puisqu’il existe dorénavant un descendant mâle au roi Childéric III et a Arégonde, la première des Dujardins. Le décor est de ce fait planté pour la nouvelle aventure ou mésaventure de ce clan. Entre une petite bourgeoise désirant se venger par l’intermédiaire de son frère, un moine crédule et plongé encore une fois un peu trop dans ses croyances pour déceler la supercherie, un bourgeois n’ayant pas digéré l’échec de la Fronde, des mousquetaires et des assassins, la course pour survivre reprend.

Hervé Gagnon réutilise avec succès la trame, voire l’intrigue, de l’histoire qui nous a tenus en haleine durant les deux premiers volets. Condensé en un seul volume, il est alors impossible de s’ennuyer et parfois même difficile de le fermer. Encore une fois, je dois à Herve le fait d’avoir dû me précipiter vers la sortie du bus au dernier moment afin de ne pas rater mon arrêt. L’atmosphère délétère et paranoïaque de l’époque vis-à-vis de la sorcellerie est palpable. Vient s’y ajouter le côté calculateur à la suite de la Fronde afin de démettre le jeune roi Louis XIV.


L’auteur fait preuve d’une très belle maîtrise de l’Histoire, ne se contentant pas de la relater, mais nous la faisant vivre et l’utilisant tel un personnage à part entière. Mené à tombeau ouvert, nous faisant croiser le chemin de personnages mythiques tel que d’Artagnan, ce troisième volume vient clore avec succès la trilogie de Malefica. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas encore lue, profitez du fait qu’elle est complète pour enchaîner les trois exemplaires comme vous le feriez avec une série sur Netflix. Le plaisir est garanti!

Dominique de Leeuw

samedi 7 février 2015

Dans la boîte aux lettres cette semaine!

Pourquoi se plaindre du froid quand on peut s'emmitoufler avec un bon livre et un bon thé?

Bon samedi!

;-)

Voleurs d'enfants - Les chroniques de Gervais d'Anceny,
Maryse Rouy, Druide

La vie compliquée de Léa Olivier, tome 7 - trou de beigne,
Catherine Girard-Audet, Les malins

La peur du loup, tome 2 - Élise,
Annie Lemieux-Gaudrault, Libre Expression

dimanche 1 février 2015

Dans la boîte aux lettres cette semaine!

On a passé tout droit la semaine dernière, on vous présente donc les nouveautés des deux dernières semaines. À en voir le contenu, on constate que la semaine de relâche arrive!!! ;-)


La vie au pas de course, Julie Grenier,
Libre Expression

Pain noir, pain blanc, tome 3 - Les secrets de famille,
Micheline Bail, Libre Expression

Fred - Surprise de rêve? Je rêve!!!,
Dominique de Loppinot, Recto Verso


Zaq et moi, L'envahisseur, Marie-Josée Soucy,
Recto Verso

M'as-tu vu, tome 3 - Le plan d'ensemble,
Simon Boulerice, Les malins

Nécropaulo, tome 1 - La laide province,
Philippe Alexandre, Les malins

Mes amies et moi, Stéphanie C. Dubois,
Les malins

One Direction - Guide non officiel, présenté
par l'ABC des filles, Les malins

Les volcans, Gabrielle Audet-Michaud,
collection 
As-tu vu?, Les malins

Bine 1 - L'affaire est pet shop, Daniel Brouillette,
Alcante, Steven Dupré, Les malins

Fabuleux! Le trésor est par là!, Keven Girard,
Z'Ailées