mercredi 4 novembre 2015

Abigaëlle et la séduction prénatale


Notre chère Abby est de retour de son voyage paradisiaque avec son nouveau chum, Guillaume. Vous vous souvenez, le fils du chum de sa mère? Le couple retrouve leur famille « reconstituée » pour le brunch familial et ils ont toute une annonce à leur faire. Abby est enceinte! La famille est un peu sous le choc, considérant que les tourtereaux sont ensemble depuis seulement trois mois. Malgré la peur qu’il soit trop tôt pour avoir un enfant, leurs proches sont prêts à les soutenir. Seule Louise, la sœur d’Abby, ne dit mot. Celle-ci et son conjoint ont essayé en vain de faire un enfant et ont entamé des procédures d’adoption.

Un malaise s’installe donc entre Abby et Louise. Comment la belle ophtalmologue traversera-t-elle cette grossesse sans sa confidente favorite? C’est d’autant plus difficile quand Guillaume, transformé en papa hyper impliqué, se met à rentrer tard et se cache pour tenir des conversations téléphoniques. La pauvre Abby qui a toujours la même facilité à se créer des scénarios de toutes pièces s’imagine les pires affaires. Elle se rabat vers ses copines Tania, Gabrielle et Candide.

Ajoutez à cela la belle-mère excentrique super grano qui arrive dans le décor, le chum qui démontre qu’il a des tendances obsessives compulsives et devient enrageant à quel point il veut être en contrôle de tout – ouais, c’est sa façon de gérer son anxiété et de prendre soin de sa belle, qui, je dois dire est très tolérante envers lui. Moi, il y a longtemps que j’aurais pété ma coche si le père de mon fils s’était comporté comme Guillaume! –, une grève du sexe, une poursuite en voiture.

À travers tout ça, Abby tente de s’adapter à ses changements corporels et… ce qu’ils provoquent chez les autres. Je ne parle pas que de la question d’estime de soi et du désir du conjoint, mais du sentiment d’envahissement qu’on peut ressentir durant la grossesse. Du fait que tout le monde se permettant de toucher le ventre rebondi et de poser des questions, ma foi, plutôt intimes. Comme si le corps de la femme enceinte est devenu une propriété commune. Avis à toute personne qui côtoie une femme enceinte… retenez votre geste et si, je dis bien SI vous êtes une proche de cette femme, DEMANDEZ si vous pouvez touchez son ventre avant. C’est pas une attraction gratuite! Voilà, c’est dit! Bon, retournons au texte! ;-)

L’écriture de Stéphanie Bourgault-Dallaire est magnifique. On adore Abby, qui est loin d’être le cliché de la pauvre fille maladroite. Bien sûr, sa tendance à se faire des scénarios la place dans toutes sortes de situations, mais le dosage est parfait. On ne se tanne pas. Tout au long des pages, on sent l’esprit vif de l’auteure. Ses personnages sont solides, crédibles et attachants. C’est une bonne chick lit qui ne fait pas dans la guimauve, et ça, j’aime ça. Une auteure que je continuerai de suivre!

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire