lundi 19 octobre 2015

Choisir Éléonore : dans les petits pots, les meilleurs onguents ;-)



Par un beau jour, à la sortie du travail, Marianne aperçoit Éléonore qui discute avec des amies. Celle-ci la captive d’emblée. Cette femme a quelque chose de particulier. Sa façon de se tenir, de se vêtir accrochait l’œil. Marianne ne sait pourquoi, mais elle est irrépressiblement envoûtée par cette femme. Elle décide donc de la suivre.

Soudainement obnubilée par Éléonore, elle épie ses moindres mouvements, fait le pied de grue devant son appartement en s’imaginant ce qu’elle fait, se couche devant sa porte en l’attendant, elle est persuadée qu’elle est son amie et est convaincue qu’Éléonore veut d’elle comme amie. Cette femme souffre d’une immense solitude, direz-vous? Oui, mais à ce point-là, c’est plus que ça. Elle est atteinte d’érotomanie, une forme de psychose qui consiste à croire qu’on est aimé par une personne. On la suit dans ses fabulations avec avidité.

Marianne est intense, possessive et jalouse. Éléonore, pour sa part à une réaction plutôt étrange à la présence de celle-ci. Une telle histoire peut-elle bien finir? Je vous laisse le découvrir!

Le minuscule roman de 79 pages est un pur plaisir! Ça fait toujours du bien de constater qu’il y a plus mal-en-point que soi. Non, sérieusement, en peu de pages, Andrée A. Gratton caractérise de manière juste l’érotomanie. Elle a le sens du suspense et accroche le lecteur qui en demande plus!

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire