lundi 28 septembre 2015

Le Grand Galop

Comment décrire ce roman de Marie-Noëlle Gagnon? L’éditeur utilise le terme audacieux. Parfois, après ma lecture, je suis plus ou moins en accord avec les descriptions des éditeurs. Dans ce cas-ci, audacieux est le terme juste. Alors que le propos du roman est assez commun – la désillusion d’une jeune femme dans la vingtaine qui, après une rupture, réalise que la vie qu’elle a menée jusqu’à maintenant n’est pas celle dont elle a rêvé –, la forme est, pour sa part, on ne peut plus originale. La narratrice, dotée d’une imagination débridée, invente deux versions ou plus de chaque événement de sa vie. Un peu comme un DVD nous propose une fin alternative, ou un roman dont vous êtes le héros nous laisse choisir le chemin que prendra le personnage. Laquelle est la vraie? Personne ne sait.

En plus d’anticiper son avenir en le rêvant de diverses manières, elle retourne dans ses souvenirs d’enfance et les revisite également en deux ou trois versions. Comme portée par le flot des vagues, le récit avance, puis recule un peu. Avance à nouveau, recule à nouveau, et ainsi de suite. Une lente, mais constante progression. Une lutte pour mener une vie hors de l’ordinaire. Un texte hautement poétique et éclaté qui désarçonne. Il est ravissant de singularité. Amateurs de récits linéaires et esprits cartésiens, soyez avertis!

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire