lundi 14 septembre 2015

Là où la lumière n'a pas d'emprise

François Lévesque nous livre son sixième roman, « la noirceur ». Avant tout, pour ceux qui ne le connaissent pas, sachez quoutre être auteur, il est critique de cinéma et que sa passion pour lécriture lui est venue durant sa maîtrise en études cinématographiques. Cette information nest pas anodine puisque le livre est truffé dallusions à de nombreux films. En fait, le récit ne regorge pas simplement de référence, mais il est construit comme un film!

Pour ma part, dès les premières pages, jai eu limpression dentendre la voix hors champ de « The Twilight Zone » plantant le décor et les personnages. Jai simplement adoré et tout de suite embarqué. Et tout comme dans les épisodes de cette célèbre série, lambiance est extrêmement importante ainsi que le jeu des acteurs. Les protagonistes sont décrits avec précision, sans aucune lourdeur. Afin que le lecteur puisse facilement sidentifier aux deux personnages principaux Guillaume Kaminski et sa fille , les dialogues ne sont pas écrits dans un français impeccable, mais dans un langage parlé. Dailleurs, le langage des adolescents est bien rendu et est différent de celui des adultes. Tous ces « petits » détails permettent au lecteur daller encore un peu plus loin dans son identification avec les personnages. Encore une fois, tout comme dans un vieux classique, film ou série, lhistoire prend son temps. Pas dexplosions ou de quelconques artifices. Simplement une tension qui sinstalle et monte graduellement. Je dois avouer que le texte ma suffisamment capturé pour créer en moi une impatience, une envie de savoir ce qui se passe. Je ne dirais pas que cest dû a des longueurs dans le récit. Tellement pas! Lambiance est si bien mise en place que les petites « révélations » qui surviennent aux fils des pages donnent le goût den savoir plus, et tout de suite. 


La lecture du roman est agréable, les pages se tournent facilement. François nous invite donc à partager la vie de Guillaume, récemment divorcé, et de Daphné, sa fille de quinze ans. La relation entre le père et la fille est assez houleuse, cette dernière nétant pas particulièrement contente dêtre sous la garde complète de son père et de devoir déménager dans la maison de son grand-père mort subitement. Grand-père dont, il faut l'ajouter elle vient tout juste dapprendre lexistence, de même que, contrairement à ce quil a toujours prétendu, son père nétait pas orphelin... Je nen dirai pas plus, puisque je veux vous laisser le plaisir de découvrir ce passé mystérieux. Alors bonne lecture!

Dominique de Leeuw

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire