jeudi 21 mai 2015

Aux grands maux, les grands remèdes!

Abigaëlle a 32 ans. Professionnelle accomplie, il semble toutefois manquer un élément à son bonheur. Quoi qu’elle en dise, son célibat l’embête un peu. Ses trois sœurs et sa mère s’inquiètent pour elle. Tout le monde semble penser qu’elle serait encore plus heureuse en couple, mais elle n’arrive jamais à trouver un homme qui lui convient. C’est qu’Abby est exigeante. Elle analyse à outrance chaque homme avec qui elle a des blind dates. Elle croit aux signes, signes qu’elle croit venus de son père décédé alors qu’elle avait 16 ans. Toutes les raisons sont bonnes pour, dès le premier rendez-vous, disqualifier les mecs.

En fait, notre Abigäelle sabote toute chance de relation de peur que ça ne fonctionne pas. Lors d’un traditionnel brunch du dimanche en famille, ses sœurs et sa mère lui apprennent qu’elles l’ont inscrite à un atelier de date coaching. Choquée au départ, elle finit par voir le beau côté des choses et accepte de participer à ces rencontres dont le but est d’améliorer la connaissance, la confiance et l’estime de soi, ce qui devrait maximiser ses chances de trouver un homme qui lui convient.

L’écriture de Stéphanie Bourgault-Dallaire est vive et sympathique. Abby est attachante et on la suit avec plaisir dans le processus dans lequel elle s’est engagé. Perso, j’ai quelques petites réserves, mais toutes petites. … moi, « le fémur affectif, » ça me parle pas. Heureusement pour moi, l’expression ne revient pas trop souvent. L’autre chose, ce qu’Abby et ses proches véhiculent l’idée que quand on a trouvé « le bon » on le sait. Chose qui, dans la vraie vie, est absolument fausse. Premièrement, « le bon » n’existe pas, deuxièmement, même s’il existait, on ne le saurait pas au moment où on le rencontrerait.

Bien sûr, le thème chouchou de la chick lit, la quête d’amour, a été écrit et réécrit. Cependant, l’auteure à l’écriture rafraîchissante a quelques tours dans son sac et réussit à nous surprendre. Les amatrices de chick lit aimeront, c’est garanti!

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire