mercredi 23 avril 2014

Jeudi Jeunesse : Juliette et Marguerite, de Julie Niquette


Pauvre Juliette! Elle s’apprête à passer l’été le plus dur de sa vie. Ses parents vont en voyage en Italie et veulent la laisser seule à la maison. Quand on a treize ans et que nos parents nous envoient chez une tante qu’on ne connaît ni d’Ève ni d’Adam pendant un mois durant les vacances d’été, et qui est voyante, qui plus est, c’est un drame. Et l’imagination débridée de Juliette ainsi que sa tendance au mélodrame n’aident en rien à rendre cette perspective agréable.

Après des jours et des jours à chercher une solution pour empêcher l’inéluctable, Juliette doit s’avouer vaincue et accepter son triste ( ;-) ) sort. Bon, j’arrête de me moquer. À cet âge, tout est amplifié, tant les joies que les peines. Ces années sont loin derrière moi, mais je m’en souviens tout de même très bien.

Pendant ce long mois, elle ne pourra pas voir Arnaud, qui pourrait bien être l’homme de sa vie. Si seulement il savait qu’elle existait! Hé oui! Juliette a le béguin pour le livreur de journaux au point qu’elle se lève au petit matin pour l’apercevoir!

Il est impossible que cette jeune fille naïve, pimpante et imaginative s’ennuie! Elle a conservé cette pensée magique qu’ont les plus jeunes et fait des liens plutôt improbables entre des choses qui, en apparence, n’ont rien à voir l’une avec l’autre.

Arrivée en pleine campagne, dans un monde ésotérique où elle n’a pas de réception sur son cellulaire, elle est devant  de nombreux défis d’adaptation. Avec ses habiletés, on ne se doute pas que cela sera une aventure… qui lui réserve plusieurs découvertes.

Comme la plupart des premiers romans, il y a quelques éléments à resserrer, mais ils sont minimes. L’écriture de Julie Niquette est simple et remplie de douceur et de candeur. On a bien hâte de voir ce que cette ancienne avocate nous réserve comme prochain roman!

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire