lundi 13 janvier 2014

Trois vies, trois histoires

Einstein, qui n’a pas entendu parler de ce savant et de ses découvertes qui continuent à marquer le monde? Figure emblématique de la science, il fut l’objet de nombreux ouvrages certains portant uniquement soit sur sa vie privée soit sur sa contribution intellectuelle ou bien mariant les deux.

Laurent Seksik nous livre, quant à lui, non pas une autre biographie du génie, mais un roman nous montrant plutôt l’impact de sa vie sur son entourage. Loin de réaliser un catalogue de faits, il nous plonge au cœur des pensées de trois personnages : Mileva, Eduard et, bien sûr, Albert. Sur un fond d’Allemagne aux prises avec la montée du nazisme puis de Seconde Guerre Mondiale, les voix de ses trois personnages nous transportent de plain-pied dans un drame intime où résonnent la douleur d’une mère, les faiblesses des grands hommes et la voix du fils oublié.

Mileva, première épouse d’Albert, n’a connu l’amour qu’une fois dans sa vie. De cette union naquirent deux fils, dont Eduard. Intelligente et déterminée, elle liera son destin à celui de son fils au point de ne vivre que pour lui. À compter de 1930, sa vie sera rythmée par ses allées et venues à la clinique du Burghölzli de Zurich où Eduard finira par être interné du fait de sa schizophrénie. Diagnostiqué à l’âge de 20, le fils d’Einstein finira ses jours parmi « les fous », délaissé de tous, dans le plus grand dénuement.

Touchante et émouvante, cette lecture ne vous laissera pas indifférente. Elle fait partie de celle qui laisse une empreinte longtemps après que la dernière page soit tournée et le dernier mot lu.  


Dominique de Leeuw

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire