vendredi 28 juin 2013

Adeptes de plein air, voici LE livre à posséder pour enjoliver davantage vos périples !

Vous en avez marre de toujours manger la même chose durant vos séjours dans la nature? Les traditionnels hotdogs et hamburgers nuisent à votre régime de vie sain? La nutritionniste-diététiste Alexandra Leduc, également férue de camping a la solution pour vous aider à préserver vos bonnes habitudes alimentaire malgré des conditions les plus rudimentaires.

Vous trouverez dans Cuisine camping près d'une cinquantaine de recettes tout aussi succulentes que variés,  que vous pourrez préparer avant votre départ ou directement sur place. Chacune d’entre elles est adaptée à la réalité de la cuisine à l'aide de barbecue ou sur le feu. Quatorze menus quotidiens son suggérés, du petit déjeuner au souper, en passant par les desserts et les collations.  

En plus de tout cela, vous bénéficiez de la vaste expérience de l'auteure et vous indique où et comment planter votre tente, que faire en cas d'orage, comment tenir les petites et grandes bêtes au loin, le matériel requis pour l’expédition comme telle ainsi que pour la préparation des repas. À cela s'ajoute une liste d'épicerie afin de vous assurer de ne manquer de rien, ainsi que de nombreux conseils portant sur la salubrité et la conservation des aliments.

Le tout est présenté clairement et est agrémenté d'images à faire saliver. Un incontournable de l'été!

Yannick Ollassa
La Bouquineuse boulimique

jeudi 27 juin 2013

Lectures pour vos enfants, qui attendent (encore !) l’été

Mon frère est plus fort que Louis Cyr !
Alain M. Bergeron, Hurtubise
Dès 10 ans

Je dois l’avouer, je n’avais pas lu Alain M. Bergeron auparavant. Quelle erreur! C’est résolument un auteur à connaître.

De sa plume talentueuse, il nous transporte en 1902 auprès de Pierre, qui prétend que son frère, Arthur, est l’homme le plus fort d’Arthabaskaville. Fier de la puissance d’Arthur, le jeune garçon pousse l’audace jusqu’à écrire à Louis Cyr, le mettant au défi de se mesurer à son frère. Quelle ne fut pas sa surprise quand le colosse débarqua en ville, accompagné de sa fille Émiliana!

Le lecteur est happé par ce récit fluide qui relate les aventures entourant le concours de force. En plus d’en apprendre sur Louis Cyr, le lecteur constate rapidement que dans la vie, il ne s’agit pas que d’être fort physiquement, mais il faut aussi être empathique. 

Une histoire amusante racontée de brillante façon.

Ben entreprend… de nourrir les poules
Julia Gagnon et Danielle Tremblay, Éditions SAM
De 6 à 8 ans
Je vous ai déjà parlé de cette collection géniale qui s’est donné pour objectif d’apprendre aux petits les valeurs entrepreneuriales. Elles sont également conçues pour faciliter la lecture, par l’utilisation de phrases courtes, de mots simples, de l’identification des sons complexes ainsi que de la définition des concepts plus abstraits. Le texte est également suivi de questions de lecture afin de valider sa compréhension.

Dans cet album, ils seront initiés au travail d’équipe, aptitude de base de la vie en société. Ben et Théo vont rendre visite à Julia, leur cousine, qui habite sur une ferme. Ben suggère à son frère et sa cousine de nourrir les poules. Il essaie de les faire entrer dans le poulailler, mais ne réussit pas. Il devra avoir recours au travail d’équipe pour réussir sa mission.

Simple, visuellement agréable et intéressant, il constitue une excellente façon de consolider les apprentissages réalisés durant l’année scolaire.

mardi 25 juin 2013

Retrouvez les aventures de Mélusine et Philémon!


Tome 2 : L’Ordre de l’Épée.
Mer méditerranée, Automne 1174. Pour se soustraire à ses ennemis, Philémon embarque sur un navire en direction de Marseille, en compagnie de son cousin le chevalier Grégoire d’Irfoy. De nombreux événements viennent bientôt troubler leur voyage. Deux mystérieux mercenaires semblent à la fois surveiller et protéger les jeunes gens. Quel est donc cet Ordre de l’Épée dont Philémon découvre l’existence par un vieux parchemin ? Et Grégoire, quel jeu joue-t-il ? Petit à petit, le page prend conscience de son lourd héritage et se sent guidé par la fée Mélusine sur la piste de l’anneau du Diable.


Tome 3 : Par les larmes et le sang.

ROYAUME DE FRANCE, HIVER 1174. Après la traversée des redoutables Quatre Montagnes, où ils affrontent la neige et le froid, Philémon de Hierges et son cousin Grégoire d’Irfoy arrivent enfin à Sassenage, une étape importante de leur périple. Ils y découvrent bientôt les Cuves, réseau de grottes profondes et mystérieuses, au fond desquelles la fée Mélusine aurait trouvé refuge…

Philémon doit encore une fois faire preuve de courage et de compassion avant de parvenir auprès de Manassès, ce père qu’il lui tarde de connaître. L’anneau du Diable se trouve-t-il au bout de cette route sinueuse entre secrets, mystères et légendes ?


Ma lecture :
Vous devez savoir que je ne suis pas une lectrice d’épopées fantastiques. Je trouve habituellement ces livres trop détaillés et compliqués. Je perds l’intérêt (et je me perds dans l’histoire) rapidement.

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé les personnages de cette série. La fluidité de l’écriture nous fait vite oublier les nombreux termes anciens utilisés. D’ailleurs un lexique, dans chacun des tomes, permet au lecteur de valider sa compréhension de ces mots utilisés au Moyen-âge. L’auteure nous présente les personnages à l’aide d’un arbre généalogique qui nous apprend lesquels sont historiques, lesquels sont issus de la légende de Mélusine et lesquels sont inventés par madame DeVailly. Une carte nous permet de voir et de situer le voyage de Philémon.

Chaque paysage, chaque situation sont des tableaux qui se dessinent au fur et à mesure des mots. L’équilibre entre l’histoire et le récit de la vie de Mélusine est excellent. Nous sommes toujours aussi impatients que Philémon pour en connaître la suite.

« Ce que j'aime de cette auteure pour la jeunesse, c'est sa rigueur dans les recherches qu'elle entreprend bien avant l'écriture de ses romans. » 

C’est ce que j’avais écrit suite à ma lecture du premier tome. Cette passionnée de l’écriture n’a pas diminué d’ardeur pour la collecte d’informations nécessaire pour ces deux tomes.

J’imagine très bien Mélusine et Philémon adapté au cinéma. Une histoire qui fait voyager le lecteur et rêver les aventuriers. La quête n’est pas encore terminée et je souhaite qu’elle dure encore pour quelques tomes!

Laila Héloua

dimanche 23 juin 2013

Blogueur d'un jour : les derniers textes de la saison.


Blogueur d’un jour : Rachel Fleury pour L’homme qui court

Joseph Davidson vit seul avec sa mère. Entre deux contrats à l’étranger, son père revient à la maison et c’est la fête pour le jeune homme de 15 ans qui a bien besoin d’un modèle masculin dans sa vie. Côté voisinage, la famille est bien servie! Il y a madame Mossop, celle qui répand les potins aussi rapidement qu’une épidémie et qui dit de Joseph qu’il est enfermé dans sa coquille, qu’il est fragile. Il y a aussi l’homme qui court, qui hante tant les rues du quartier que les rêves de Joseph et enfin, il y a les Leyton, Tom et Caroline, les voisins mystérieux des Davidson, entourés d’une aura de mystère et de préjugés. Pas facile donc pour Joseph de faire sa place dans ce milieu de commérages et de qu’en-dira-t-on!

Heureusement, il y a aussi les cours d’arts dans lesquels l’adolescent excelle. Seulement voilà, la fin de l’année scolaire approche et Joseph doit réaliser un projet final un peu spécial : faire le portrait le plus réaliste possible d’une personne de son entourage. Bon joueur, il décide de se donner un défi : accepter de devenir le portraitiste de son voisin, Tom Leyton, un vétéran du Vietnam dont le passé trouble fait justement jaser madame Mossop durant des heures.

Au gré de leurs rencontres, un lien fragile se tisse entre les deux hommes, tel le fil ténu qui forme les cocons des vers à soie que monsieur Leyton élève dans sa chambre. Ponctuées de confidences sur leurs luttes passées et présentes, les heures s’écoulent dans la petite pièce où Tom et Joseph prennent soin des insectes qui sortiront bientôt, un peu comme eux, de leur cocon.

Cette histoire est une magnifique métaphore sur la liberté et sur les événements de la vie qui font que l’on devient qui l’on est. S’épanouir, vaincre ses peurs et faire tomber les barrières sont autant de choses que Joseph et Tom apprendront ensemble, en toute humilité et à leur manière discrète.

Rachel Fleury
Blogueuse d’un jour



samedi 22 juin 2013

Dans la boîte aux lettres cette semaine

Après une semaine de repos, le facteur avait encore les bras chargés cette semaine ! C'est à se demander s'il aura des vacances cet été. Pas grave, on aime ça, contribuer à la santé physique d'autrui. ;-)

Mon frère est plus fort que Louis Cyr, Alain M. Bergeron, Hurtubise

Laisse-moi t'expliquer... les allergies alimentaires,
Solène Bourque et Martine Desautels, Midi Trente

Chick Lit, tome 4 et 5

Ce qui se passe au Mexique reste au Mexique,
Amélie Dubois, Les Éditeurs Réunis

Tout homme rêve d'être un gangster,
Jean Charbonneau, Québec Amérique
La liste de mes envies, Grégoire Delacourt,  Livre de Poche

vendredi 21 juin 2013

Une nuit, l'été arriva...


Nous voilà officiellement au premier jour de la période estivale. À nous soleil, promenades, baignade et farniente! Cette dernière année, nous avons tenté d'être le plus présent possible, vous relayant nos lectures avec une assiduité accrue. Détrompez-vous, nous ne vous apprenons pas que nous cessons nos activités. En revanche, un changement de rythme s'impose si nous désirons garder intacte la flamme qui nous habite.

Nous continuerons à lire pour vous (et un peu pour nous aussi ;-) ) tout au long de l'été. Cependant la mise en ligne de nos chroniques ira au gré de nos humeurs. Venez faire un tour chaque semaine, il y aura de nouvelles découvertes à faire. Nous avons déjà reçu quelques titres de la saison d'automne à venir et avons hâte de vous en parler.

Nous vous souhaitons un été des plus reposants !

Littérairement vôtres,

L'équipe

jeudi 20 juin 2013

Bouquinerie du mois : Des suggestions pour décrocher durant la saison chaude

Faire le plein de livres pour l'été est, selon nous, une idée géniale. Quel que soit le temps qu'il fait, ils sont les parfaits compagnons. On vous suggère quelques amis qui devraient vous plaire.

  


   

Jeunesse

  

Parmi les lectures que nous ferons durant la saison chaude

   

Vous pouvez également trouver d'autres suggestions de livres adultes ici et jeunesse, ici.

Bonne lecture !

dimanche 16 juin 2013

Blogueurs d'un jour : Rouge rubis et Damnés


Blogueur d’un jour :  Sophie Bellerose pour Rouge rubis 

Gwendolyn est une ado normale, qui vit dans une famille pas tout à fait normale. Elle voit des esprits; mais ce détail mis à part, elle est comme toutes les adolescentes qui fréquentent son collège. Elle partage tout avec sa meilleure amie Leslie. Elles parlent d’école, des professeurs, des garçons, des esprits avec qui Gwendolyn partage son quotidien et de sa famille.
C’est que dans sa famille, certaines filles sont porteuses d’un gène particulier qui leur permet de voyager dans le temps. Selon la prophétie, c’est sa cousine Charlotte qui est destinée à devenir la dernière des porteurs de gènes. C’est elle qui a été préparée depuis sa tendre enfance pour pouvoir se débrouiller lors d’un voyage dans le passé. Cours d’escrime, d’histoire et d’autres activités mystérieuses.

Cependant, à la surprise de tous, c’est Gwendolyn qui se retrouve au début du siècle suite à un drôle de vertige. Elle entre alors dans la société des veilleurs, ce cercle secret très ancien.
Gideon de Villers, jeune homme séduisant mais arrogant, l’accompagnera lors de ces sauts dans le passé. Chez les de Villers, ce sont les garçons qui sont porteurs du gène. Au fil de ces aventures, elle en apprendra plus sur elle-même, sur sa famille et sur la vie des londoniens des siècles passés.

C’est une histoire captivante et pleine de rebondissements. Ces allers retours dans le passé donnent un rythme intéressant au récit. Les personnages sont mystérieux et le ton est parfois comique. Il y a des scènes d’action, des scènes plus sentimentales, des scènes de rivalité et des scènes d’amitié. Tous les éléments d’une bonne histoire sont présents ce qui en fait une lecture captivante.
Rouge rubis est le premier tome d’une trilogie de l’allemande Kerstin Gier. Dès qu’on termine ce livre, on a envie de courir à la librairie chercher la suite. Cette histoire plaira aux ados comme à leurs parents.

Un petit secret qui ne restera sans doute pas caché très longtemps, une adaptation cinématographique vient de prendre l’affiche en Allemagne. On souhaite qu’un distributeur québécois achète les droits de traduction pour que nous puissions voir une version française sur nos écrans prochainement !



mardi 11 juin 2013

Une clinique bien particulière...


Judith, infirmière fraîchement diplômée, s’est dégotée un emploi dans une prestigieuse clinique de chirurgie esthétique. Cet établissement est fréquenté par une clientèle aisée cherchant à combattre les effets du temps. Jusqu’ici, rien de bien particulier. Cependant, dès son premier jour de travail, Judith découvrira tous les avantages de cette clinique.

Publié à l’origine en Angleterre en 1995, c’est le premier roman érotique de Sylvie Ouellette. Cela se sent quelque peu notamment par l’usage abusif du terme « palpitant » et de ses dérivés. L’histoire est légère et se lit bien. Même si l’auteure n’innove pas spécialement, l’ensemble du roman est varié, présentant un éventail de fantasmes de base. Qu’il s’agisse de relations sexuelles entre infirmières et médecin, infirmières entre elles, personnel de la clinique et patients, etc. L’auteure créé habilement des ambiances propices à l’excitation, ce qui est le but de ce genre littéraire.

Généralement, on fait usage de ce genre de roman à petites doses pour se faire plaisir. La lecture d’une traite donne une impression de redondance, comme tous les autres livres du genre. 



Un vent de fraîcheur pour les Correspondances d'Eastman



La programmation de la 11e édition des Correspondances d’Eastman, qui aura lieu du 8 au 11 août prochain, sous le thème «Belles lettres rebelles», a été dévoilée en matinée mardi matin.
Une foule de nouveautés sont prévues cette année. Tout d’abord, ce ne sera pas un, mais bien deux porte-paroles qui porteront l’événement sous leurs ailes.  Il s’agit de Francine Ruel, l’auteure et comédienne, ainsi que David Goudreault, poète-slameur de Sherbrooke, qui a remporté la Coupe  du monde de slam-poésie à Paris en 2011.
La programmation, concoctée par Bruno Lemieux professeur de lettres et de communication au Cégep de Sherbrooke et un des fondateurs du Prix littéraire des collégiens, promet de satisfaire tous les amateurs de lettres. On y retrouvera des genres variés tels poésie, roman, bande dessinée, récit et slam et des rendez-vous tels les tables rondes, les spectacles, concours d’écriture, rencontres d’auteurs, etc.
L’organisation désireuse de renouveler le festival a déployé moult efforts pour lui insuffler un vent de fraîcheur. Des rencontres sur de nouvelles thématiques, des remaniements d’activités, des événements à l’extérieur sous le chapiteau Québécor, une librairie en plein air sous le chapiteau Archambault, le retour des prestations littéraires au « Café Bistro Les Trois Grâces où les festivaliers auront l’occasion de prendre un bon repas en compagnie de Louise Portal ou de Kim Thùy. Le concours d’écriture “La poste restante” est revampé et devient « L’Interlettre ». Les aspirants écrivains pourront soumettre leurs textes jusqu’au 14 juillet. Tous les détails du concours seront divulgués dès le 11 juin.
Il sera possible de se procurer le stylo-passeport, qui donnera accès à plusieurs activités uniques, dont une exposition du célèbre photographe du Devoir, Jacques Nadeau. Ils pourront également rencontrer l’artiste le dimanche après-midi. Hélène Dorion, poétesse, fera une lecture d’extraits de ses récits et de sa poésie le samedi midi au Cabaret d’Eastman.
En plus des très nombreuses activités de jour, les amateurs qui travaillent trouveront leur compte avec les rendez-vous en soirée. Ils pourront choisir entre Jean Désy, Thomas Hellman, Roland Giguère et Dorothée Berryman, notamment.
Signe que le festival est apprécié tant par la population que par les auteurs, un nombre impressionnant de ces derniers participeront à l'événement. Parmi ceux-ci, on compte, Caroline Allard, Deni Y. Béchard, Michel-Marc Bouchard, Roxanne Bouchard, Évelyne de la Chenelière, Jean-Simon DesRochers, Stéphane Dompierre, Delaf et Dubuc, Éric Dupont, Louise Forestier, Dominique Fortier, Bianca Gervais, David Goudreault, Nicole Houde, Carl Leblanc, Véronique Marcotte, Frédéric Metz, Michel Rabagliati, Kim Thuy, Catherine Voyer-Léger.
Un rendez-vous à ne pas manquer ! Pour de plus amples renseignements, consultez le site web de l’événement : http://www.lescorrespondances.ca