dimanche 1 décembre 2013

Les bouquineries du mois... de décembre



D'une certaine façon fidèle à l'attitude de l'auteur, ce livre recèle de passages à se tordre de rire. Mais ce n'est pas que cela. C'est le chemin touchant de ce jeune garçon qui quitte son village natal pour Montréal, notamment pour trouver l'amour. Son périple ne sera pas toujours simple et heureusement qu'il peut compter sur des amitiés. Un roman qu'on a hâte de reprendre, pour savoir où en est rendu Émile des ses (més)aventures. Une agréable plume!




Léa, la protagoniste du précédent Le placard, fait sa sortie du placard. On l'accompagne dans son processus pour assumer son orientation sexuelle. Son entourage a de différentes réactions à cette annonce et Léa apprend à composer avec. Il s'agit d'un des rares livres jeunesse qui aborde ainsi de l'homosexualité. Kim Messier aborde le sujet avec beaucoup de simplicité et de sensibilité. À lire! 







Les amoureux du Japon et les admirateur du célèbre peindre Hokusai, surtout connu pour son oeuvre La Grande Vague de Kanawaga, encore plus. Dans ce livre, Katherine Govier pose la question suivante : Et si l'oeuvre aurait été peinte par Oei, la fille de l'artiste? Afin de le savoir, on s'immerge d'en l'univers japonais et la vie d'Oei. Un roman tout en finesse, qui dépayse et qui ravit.




La conciliation travail famille, c'est un beau concept, mais ce n'est pas de la tarte. Avoir des enfants est certes le plus grand défis de la vie d'un être humain. Dans Bijoux de famille, sept femmes, dont des blagueuses, partages les aléas de leur vie de maman. C'est rigolo, entre autres quand les femmes commentent les anecdotes qui y sont relatés. Cela permet de dédramatiser ce que l'on vit, ce qui fait baisser un peu la pression. Quelqu'un disait : «quand on se compare, on se console». Certes, mais on se sent aussi moins seul. Un petit bijou pour les mamans et celles qui prévoient le devenir (oui, oui!)!




















On adore la collection L'envers des contes de fées! Catherine-Girard-Audet reprend les contes de fées les plus connu et nous raconte ce que l'on ne nous a pas dit dans le conte original. Le pantin est-il si menteur? L'ogre est-il si terrible? Y a-t-il des raisons qui explique que l'on ait ces perceptions de ces personnages? En plus d'être amusants (quelle imagination de l'auteure), ils apprennent aussi aux enfants à ne pas se fier aux apparences. Qu'il y a peut-être des informations que l'on ne possède pas et qui mettent en contexte les comportements des gens. Et ça, vraiment, bravo!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire