mardi 29 octobre 2013

Au revoir, Charlotte!

C’est demain que les adeptes de Charlotte Lavigne pourront se procurer le dernier titre de la série La vie épicée de Charlotte Lavigne.

On retrouve la protagoniste deux ans après qu’on l’ait laissé dans le tome 3. Elle est de retour au Québec, s’est réconciliée avec son Maxou chéri avec qui elle a le bonheur d’avoir Adrien, son fils adoré. Animatrice de télé à temps partiel, elle travaille également avec son tendre époux dans la boîte de relations publiques de celui-ci. Toujours entourée d’Ugo et de Marianne, elle a tout ce dont elle a rêvé. Cependant, il semblerait qu’il manque un petit quelque chose… mais quoi?

À l’approche de la quarantaine, elle cherche à vivre une existence plus équilibrée, à s’accomplir professionnellement, dans son rôle de mère ainsi qu’en tant que femme. Cette quête ne sera pas sans défis, on s’en doute bien. Charlotte n’a pas l’habitude de faire dans le simple. Cette fois-ci ne fait pas exception.

Quoique moins gaffeuse qu’auparavant, Charlotte est toujours la tornade qu’on a appris à connaître et qu’on a aimé dès les premières pages du tout premier tome. Elle se livre encore à des manigances pour arriver à ses fins, que ce soit pour son bénéfice ou celui de ses amis. Cela la mettra dans des situations rocambolesques, comme à son habitude. Cependant, elle a quelque peu mûri. Est-ce la maternité ou le passage du temps qui lui a permis de prendre du recul afin de porter un regard analytique sur elle-même?

L’écriture de Nathalie Roy est toujours aussi imaginative, pétillante et captivante. Des quatre romans de Nathalie Roy, celui-ci est probablement celui qui m’a le plus plu, notamment en raison de la maturité acquise par l’héroïne.

Malgré la conclusion de La vie épicée de Charlotte Lavigne, les lectrices ne seront pas en reste. L’auteure leur réserve une petite surprise dans l’épilogue. Cela dit, réfrénez votre envie de la consulter avant d’être rendu là. Cela gâcherait à coup sûr votre plaisir. Eh oui! je n’aurais pas dû vous le dire, maintenant vous brûlez de curiosité. Retenez-vous, ça vaut le coup!

Je ne saurais terminer sans saluer Nathalie Roy pour avoir été en mesure d’identifier le bon moment pour mettre un terme aux aventures de son héroïne. Trop de d’entre elles s’étirent en longueur et ne présentent à leurs lecteurs que des romans édulcorés qui finissent par être insipides. Ici, ce n’est pas le cas. Ce tome clôt de belle façon la série. On quitte la sympathique Charlotte avec un sentiment de satisfaction et un sourire aux lèvres.

 Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire