lundi 10 juin 2013

Pas de repos pour Eytan!


David S. Khara nous invite aux côtés d’Eytan Morgenstern pour ce troisième et dernier volet de ses aventures. Tout comme ses deux précédents romans ont pris du volume, celui-ci n’échappe pas à cette croissance. On se retrouve alors face à un peu plus de quatre-cents pages qui se lisent en un clin d’œil! Dès les premières lignes, nous savons que nous allons voyager entre deux époques de la vie d’Eytan, le présent, bien sûr, ainsi que son passé tumultueux.

Après avoir parcouru l’Europe, l’action nous entraine aux États-Unis. Jeremy Corbin a définitivement laissé son ancienne vie de courtier qui lui avait fait croiser la route du kidon. Il la partage désormais avec Jacqueline Walls, l’ex-agente de la CIA qui était chargée de le protéger, et leur fille dans une petite ville du New Jersey. Pour eux, l’existence s’écoule telle une rivière tranquille jusqu’au jour où tout bascule.

Rattrapé encore une fois par son passé, Eytan doit défendre ses amis contre la poisse qui lui colle obstinément à la peau. De son passé en Pologne au présent en Amérique, il se débat pour ne pas être utilisé comme rat de laboratoire. Ce livre aborde ainsi un sujet très actuel, celui de l’amélioration de l’homme grâce à la technologie.

Avec une écriture très fluide et dynamique, l’auteur entraine le lecteur dans une aventure palpitante qui ne lui laisse pas de répit. En fait, plus qu’un roman, l’impression de lire un film d’action est omniprésente. Deux récits, tout aussi passionnant l’un que l’autre, sont menés de front. Le recours à de chapitres courts et à l’alternance des époques, fait en sorte que l’intensité de l’intrigue ne retombe jamais.

Une fois arrivé à la fin de l'ouvrage, deux choses viennent à l’esprit. Je formulerais ainsi : « Comment c’est déjà fini? » et « Il est bien dommage que ce soit son ultime combat! ». Tout comme les deux précédents volumes relatant l’histoire d’Eytan, je vous conseille la lecture de celui-ci. Vous passerez un excellent moment.

Dominique de Leeuw

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire