dimanche 12 mai 2013

Les Printemps meurtriers - Le polar s'engage



Depuis près de dix ans, le roman policier a pris une autre orientation. Le nouveau polar ne s’intéresse plus qu’au crime en lui-même. Il est bien ancré dans l’environnement géopolitique et social. Dans cet esprit, l’endroit choisi revêt une importance particulière dans l’intrigue.

« On a qu'à penser aux écrivains nordiques comme Arnaldur Indridason, dont les histoires sont campées en Islande, comme Mankell et la Suède et l’Afrique, à Deon Meyers en Afrique du Sud pour constater que le roman policier a changé et que l’environnement dans lequel le crime se joue devient un élément important de l’intrigue », soutient Jacques Savoie, écrivain et scénariste participant à la table ronde sur L’influence des lieux. Ce virage a modifié le statut du polar. « Avant, la littérature policière était perçue comme une lecture de divertissement, poursuit Savoie. Mais avec la nouvelle littérature policière des dix dernières années, il est évident qu'elle peut faire réfléchir le lecteur tout comme la littérature dite “sérieuse”. » 

Eh oui ! Les livres du genre peuvent faire réfléchir. À condition d’avoir quelque chose à dire. Et Jacques Savoie, il en a ! Son choix de lieu pour ce faire, le sous-sol montréalais. Alors qu’il travaillait sur la première aventure de Jérôme Marceau, l’auteur n’avait pas conscience d’écrire un roman policier. « J’ai commencé à écrire des polars par accident, si on veut. Mon intention de départ quand j’ai commencé à écrire Cinq secondes, était d’écrire un roman sur le pardon. J’avais besoin d’un enquêteur pour dans l’histoire. J’en ai fait un antihéros. Jérôme Marceau a une petite main, il est café au lait et il doute constamment. Bref, ce sont les gens qui, après-coup, mon dit que j’avais écrit un roman policier. » Selon lui, ses romans portent sur des valeurs ou des thématiques plus que sur une intrigue policière. Notamment le pardon pour le premier, ensuite Une mort honorable explore la notion d'honneur, qui n'est pas toujours perçue et vécue de la même manière, puis Le fils emprunté, son prochain, abordera la vengeance.

Les gens intéressés par le sujet peuvent s’inscrire à la table ronde Rendez-vous coupable N° 6, L’influence des lieux, le dimanche 19 mai à 13 h

L’écrivain et scénariste Jacques Savoie est détenteur d’une maîtrise en langues modernes de l’université d’Aix-en-Provence. Durant les années ’70, il a été le leader du groupe Beausoleil Broussard. Auteur de plusieurs romans prisés, dont le prix Saint-Pacôme en 2010, pour son premier ouvrage de littérature policier, Cinq secondes. Au cours de sa carrière, il a rédigé pour les jeunes autant que pour les adultes. On pourra retrouver Jérôme Marceau dans le prochain livre de Jacques Savoie, Le fils emprunté, publié chez Expression Noire, qui sera en librairie en juin.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

2 commentaires:

  1. Bonjour à toute l'équipe,

    Vous faites un excellent travail !
    J'aime beaucoup votre blogue.

    Vous me permettez de partager votre chronique ? J'espère que oui parce que je l'ai déjà fait !

    Au plaisir !
    Et merci pour la pub sur Les Printemps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Nous sommes enchantés que notre blogue vous plaise !
      Ne vous gênez pas pour partager les billets qui vous plaisent!

      Au plaisir!

      Supprimer