mardi 14 mai 2013

Les Printemps meurtriers de Knowlton - Entrevue avec Martin Michaud


Le samedi 18 mai prochain, Martin Michaud participera à la table ronde De romans et de scénarios, lors des Printemps meurtriers de Knowlton.

Vous vous doutez bien qu’avec un tel titre, je n’ai pu m’empêcher de lui demander si nous allions avoir la chance de voir Victor Lessard au petit ou grand écran. Sa réponse : « Oui, on risque d’entendre parler de la possibilité de voir Victor Lessard à l’écran. Nous sommes en négociation avec un réalisateur connu ». Une bonne nouvelle! Souhaitons que les discussions soient fructueuses.

Avant que cela soit possible, il y a tout un travail à faire. Il faudra quelques transformations pour arriver à un scénario. C’est qu’on n’écrit pas les deux tout à fait de la même façon. « Le plus difficile, quand on écrit pour la télévision, est de composer avec les pauses publicitaires, puisqu’il faut laisser un peu d’intrigue avant. Ça ne se pose pas pour le cinéma, toutefois. Pour mes romans, ce n’est pas si mal, parce que j’ai beaucoup de moments de suspense » dit Martin Michaud. Il est nécessaire de retravailler le texte, les dialogues, ajuster les descriptions aux prises de vues, parfois même modifier le temps durant lequel se déroule l’intrigue. Certains personnages disparaissent parce qu’il n’y a pas assez d’éléments pour justifier sa présence à l’écran. Il faut tenir compte de la caméra. On n’a pas accès aux réflexions du personnage, mais elles doivent passer par le jeu de l’acteur, lorsque c’est possible. Puis, il y a le défi ultime : ne pas révéler l’intrigue trop rapidement. À ce sujet, l’auteur mentionne « Certaines choses ne se transposent pas à l’écran. Dans Il ne faut pas parler dans l’ascenseur, il y a des moments où l’on est avec le meurtrier, ce qu’on ne pourrait pas faire dans un scénario sans révéler son identité. Il faut donc écrire l’histoire de façon différente ou utiliser des procédés techniques ou de réalisation, comme de ne pas montrer le visage. »

Pour l’auteur, la transposition n’est pas si difficile, puisqu’il travaille avec des plans détaillés pour chaque scène lorsqu’il écrit ses romans. Son processus créatif est relativement structuré. Une fois qu’il a jeté les bases, il met ses écouteurs et laisse aller ses doigts sur le clavier. Avouons que cette méthode lui réussit très bien!

Martin Michaud se joindra à Roger Jon Ellory et Johanne Seymour afin de discuter davantage sur le sujet le samedi 18 mai à 13 h pour le rendez-vous COUPABLE N° 1, De romans et de scénarios. Cela risque d’être fort intéressant, particulièrement pour ceux qui souhaiteraient écrire une série ou un film policier.

Martin Michaud est l’auteur des romans policiers Il ne faut pas parler dans l’ascenseur, La chorale du diable et Je me souviens, tous publiés aux Éditions Goélette. Son prochain roman qui sera publié à l’automne 2013. Il s’agit d’un suspense qui met en scène la femme d’un candidat démocrate à la présidentielle de 2016. On retrouvera Victor Lessard à l’automne 2014.

 Les Printemps meurtriers de Knowlton se dérouleront du 17 au 19 mai prochain.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire