mardi 28 mai 2013

Chagrin d'amour 2.0

On l’attendait depuis deux ans et elle est enfin arrivée ! La suite de Désespérés s’abstenir. Le roman n'était pas sorti que son titre faisait parler de lui, soulevant des débats sur les réseaux sociaux. Cher trou de cul... 

On retrouve avec plaisir Clara et ses copains, Yann et Mélo. À la fin de Désespérés s’abstenir Clara avait trouvé son compte en la personne du beau Damien, après moult essais sur un site de rencontre par Internet. On reprend le fils de leurs vies quelques mois plus tard. Plus précisément 72 jours plus tard. Le temps qu’aura duré leur relation.

On commence la lecture et... bang ! On est propulsé en pleine rupture. Aucun préliminaire. Dès les premières lignes, on a le cœur serré, le motton dans la gorge. Et ce motton reviendra fréquemment. D’une justesse presque écœurante, la plume acérée d’Annie Quintin n’a rien perdu de son mordant. De plus, elle a gagné en style et en profondeur. Il y a même des passages d’une poignante poésie, d’un rythme saccadé, comme les émotions qu’ils traduisent.

Cette chère Clara, écorchée affectivement, a du mal à gérer ses émotions. Tout angoissée qu'elle est, avec en prime, une tendance à la dramatisation, la voilà qui vit une peine d’amour. Est-ce que ce sont ces traits de personnalité qui auront eu raison de son couple ?

Pour toutes les névrosées de ce monde, et même celles qui ne le sont pas c'est une occasion de plus de s’analyser le comportement amoureux ! Ce qui permet de se dire qu’on n’est pas toute seule, mais également qu’on est donc compliquées. Mais qu'est-ce que c'est que tous ces scénarios que l’on se fait ?

Bref, notre psychorigide favorite est de retour et essaie de composer avec sa peine d’amour. En plein déni, elle fuit dans une panoplie d’activités, jusqu’à ce qu’elle soit frappée par la prise de conscience qu’elle doit faire face à sa peine.

La peine d’amour est sûrement l’une des souffrances les plus communes de l’expérience humaine. On l’a écrit, on l’a chanté et on continuera de le faire tant que l’être humain sera vivant. Le sujet n’est certes pas original, c’est le contexte qui diffère. En outre, la qualité de l'écriture fait en sorte que l'on tourne les pages les unes après les autres, soucieuse de savoir ce qui est arrivé avant, de découvrir ce qui se passera après. S'en sortira-t-elle ?

Le récit est parsemé de petits clins d'œil au premier tome et d'analepses qui nous relatent leur relation du début à sa fin impromptue. Il y a les premiers moments où l’on s’emballe avec elle, l'arrivée dans les parages d'une certaine Millie K où l'on se surprend à être jalouse à l'unisson avec l'héroïne. Puis, on s’inquiète quand on voit, bien avant Clara, que sa relation dérape. On est inconsolable quand Damien, le trou de cul du titre, la laisse sans explications.

Il y avait longtemps que je n'étais pas entrée dans un roman comme ça... Plongée... Les histoires de peine d'amour ont cet effet-là, quand elles sont bien écrites, comme c'est le cas ici. Elles vous prennent aux tripes, vous balaient, vous aspirent comme un siphon. On tourbillonne dedans en essayant d'atteindre la surface, de ne pas se laisser entraîner vers le fond. Puis, il y a cet humour, comme des bouffées d'air salvatrices auxquelles on s'accroche.

Pour ceux et celles qui ont envie d’une expérience totale, l’auteure a également concocté une liste de lecture musicale sur Rdio, pour accompagner la lecture. J’ai tenté l’expérience et c’est fantastique ! Chaque pièce vous met dans l’ambiance parfaite.

Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique
Parution juin 2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire