lundi 1 avril 2013

Collaboration spéciale blogueur d'un jour

Voici les deux prochains textes que nous vous présentons dans le cadre de notre collaboration avec Bayard Canada pour l'événement Blogueur d'un jour.  Nous vous rappelons que l'expérience sera répétée en avril, alors revenez nous voir, si l'expérience vous tente!




Blogueur d’un jour : Sophie Caron pour L'archipel des rêves (Les chroniques de l'imaginarium, T1)


1917. C'est la guerre. Par une nuit pluvieuse, trois jeunes gens, Charles, Jack et John, sont convoqués par la police londonienne, suite à un crime inexplicable : on a tenté de dérober à la victime, un vieil érudit avec qui ils étaient en relation, l'Imaginarium Geographica. John apprend par un curieux bonhomme, Bert, qu'il est désormais le Conservateur de cet atlas des Terres mythiques et légendaires, ce qui n'est pas sans danger... Poursuivis par de terrifiantes créatures, mi-hommes mi-bêtes, les quatre compagnons prennent la fuite à bord du Dragon Indigo, dont la fille de Bert est le capitaine. Ils font voile vers l'Archipel des Rêves, le royaume de l'imaginaire, désormais en péril : un sinistre personnage, le Roi Hiver, conquiert peu à peu les îles qui le composent, les effaçant une à une de l'atlas. Seul le Conservateur peut lui faire obstacle en asseyant sur le trône un descendant du roi Arthur...

Mon avis
L’histoire proposée dans ce livre, on l’aime ou on ne l’aime pas. Personnellement, je n’ai pas aimé. J’ai trouvé que l’idée de base du roman ne manquait pas d’intérêt, par contre le trop-plein de personnages mal définis et de références prises dans les autres livres d’histoire rendaient, à mes yeux, le récit moins « crédible ». Ces références empruntées à la littérature classique et moderne, prenaient trop de place et bien que cela puisse être intéressant pour un néophyte de la littérature, cela m’ennuyait. Cela n’empêche pas que ce livre pourra convenir à de jeunes lecteurs amateurs d’histoires fantastiques. L'archipel des rêves propose aux lecteurs de suivre les trois personnages principaux dans une aventure hors du commun et c’est ce qui plait le plus dans ce roman. L’écriture soit fluide et les nombreux dialogues amène un certain rythme dans le récit.  
En somme, ce roman saura plaire à un jeune lectorat fervent d’aventure et de créatures mythiques. De plus, il trouvera peut-être intéressant d’en apprendre un peu plus sur les classiques des littératures à travers sa lecture. 

Sophie Caron
Blogueuse d'un jour






Blogueur d’un jour : Viviane Asselin pour Qui es-tu papa?


Qui es-tu papa? d’Allan Stratton est un roman bien de son temps; il reprend les préoccupations, voire les travers d’un monde qui a irrémédiablement changé au lendemain des événements du World Trade Center en 2001.
L’adolescence n’est pas facile pour Sami Mohammed Sabiri. Entre un père strict qui cherche à l’élever dans le respect des principes musulmans, et des camarades d’école qui le dévisagent et le ridiculisent en raison de ses origines iraniennes, le jeune homme de 16 ans tente de garder la tête haute. Heureusement qu’il peut compter sur l’amitié d’Andy et de Marty, même s’ils ne partagent pas tout à fait la même réalité. Moins encadrés par leurs parents, les deux adolescents entraînent leur ami dans des aventures qui se terminent souvent mal. Déjà imparfaite, la communication entre Sami et son père n’en devient que plus difficile.

Aussi en viendra-t-il à s’imaginer des histoires lorsque le comportement de son père lui paraîtra suspect. Apparemment, il n’est pas le seul puisque, une nuit, le FBI débarque dans leur maison de Meadowvale, fouille la maison, menotte M. Sabiri et s’empare de pièces à conviction. Paniqués, Sami et sa mère apprennent par la télévision qu’il est soupçonné d’appartenir à une cellule terroriste qui complotait contre les États-Unis. L’adolescent découvre alors à la dure le système de justice américain, où il ne suffit pas d’être innocent pour éviter la prison – et il ne suffit pas d’être coupable pour en subir les foudres.

La relation aux parents, la marginalité, l’intimidation, la curiosité des premières fois, la soif de liberté… : Qui es-tu papa? se colle aux enjeux qui ponctuent l’adolescence. Écrit dans un style accessible qui fait la part belle aux dialogues, le roman propose une incursion intéressante dans le quotidien d’un jeune homme qui cherche à s’affirmer – et comment le faire en se respectant. L’auteur, sans nous assommer d’une morale qui manquerait de nuance, parvient à rendre de façon crédible les tiraillements intérieurs de Sami. On aurait toutefois aimé voir celui-ci plus combatif – on le plaint de le voir encaisser en silence les coups de camarades d’école malveillants, sans même en parler à ses parents qui, dès lors, nous deviennent moins sympathiques parce que, dans leur ignorance, ils prennent parti pour la direction de l’école plutôt que pour leur fils. Il reste que ces problèmes de communication constituent précisément l’un des ressorts de l’intrigue.

Viviane Asselin
Blogueuse d'un jour


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire