mercredi 6 février 2013

Tout ce que j'aurais voulu te dire

Cliquez pour acheter

Un jour, Élena a décidé d’être raisonnable et de suivre le conseil de sa mère. Elle choisit la sécurité plutôt que l’amour. Malheureusement, son amour de Julien ne mourra jamais, bien qu’elle soit mariée à Maxime depuis 20 ans. Toutes ces années, elle s’est sacrifiée pour offrir une belle vie à ses filles et à son mari. Mais un jour, elle apprend qu’elle va mourir. C’est alors qu’elle entreprend de régler un certain nombre de choses, comme réaliser son rêve d’écrire un roman, revoir Julien pour régler ses amours, s’approcher de Jane, sa fille aînée, et lui apprendre qui elle est vraiment.

Tout ce que j’aurais voulu dire aborde la passion puis l’amour fou qui dévore et qui grandit sans cesse de n’être pas assouvi. Avec une plume somptueuse, elle explore la complexité des liens tissés entre Éléna, sa mère Ruth, son mari Maxime, Julien l’homme qu’elle aime et ses deux filles, Jane, Isabella. Annie Loiselle s’est donné le défi de raconter l’histoire d’Élena et de ses proches à travers les voix de cinq personnages. L’exercice est assez bien réussi, hormis pour le niveau de langage et les réflexions un peu trop profondes pour son âge de Jane, la fille de 20 ans. Toutefois, les différentes voix transportent le lecteur à l’intérieur des personnages et il est à même de constater l’ampleur de la dévastation causée par cet amour refoulé. Cette passion explose et éclabousse tout l’entourage d’Éléna, beaucoup plus qu’elle n’aurait pu le croire. 

Puis il y a le deuil. Celui de l'amour qui ne peut être, de la vie qui aurait pu être, de l'être cher perdu. L'ampleur du déchirement vécu par Éléna est si tangible que l'on ne peut qu'être empathique à son égard. C'est également le cas pour Maxime, dont le drame ne se termine pas à la mort de sa femme. Il découvre une personne qu'il ne connaissait pas et se bat pour garder une image positive d'Éléna. L'auteure réussi admirablement à toucher la corde sensible du lecteur. 

Un livre viscéralement touchant. Vibrant de la douleur de la passion déçue, mais également de la grandeur de l’amour. Chapeau à l’auteure d’avoir si bien réussi à faire ressentir une telle intensité émotive.

Détentrice d’une maîtrise en études littéraires, Annie Loiselle est l’auteure d’un essai sur l’anorexie, Les affamées — Regards sur l’anorexieTout ce que j’aurais voulu dire est son premier roman.

Tout ce que j’aurais voulu te dire
Annie Loiselle
Stanké
22,95$

Par Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

2 commentaires:

  1. Ça semble très intéressant ! Merci pour ce bon résumé!
    Chantal Bouvier

    RépondreSupprimer