jeudi 17 janvier 2013

Le 6e Continent

Cliquez pour acheter !

Le premier texte est une succulente nouvelle dont je me suis régalée. Un type raconte une histoire à un homme qui ne répond pas. Au départ, on croit qu’il va lui raconter une petite anecdote. 

En fait, il s’agit d’un médecin totalement obsédé par la conception de sa carte de visite. Mais obsédé de chez obsédé ! Il y pense pendant qu’il soigne des patients. Ça le distrait tout le temps. Quand il croise des collègues, il pense à leur carte de visite. Pour lui, elle est d’une importance capitale. Elle dit ce que l’on est. C’est pourquoi il se prend la tête pour trouver la carte idéale, ni trop pompeuse, ni trop modeste. Il faut qu’elle donne bien la mesure de l’être qu’il est.

Bref, il se perd en analyses et en réflexions, pour certaines totalement ridicules, pendant qu’il soigne un patient qui a des symptômes qui sont aigus, mais qui changent dès qu’on pose un diagnostic et s’apprête à appliquer un traitement. On suit le récit du cheminement avec le patient. Il devient tout aussi obsédé par la recherche de diagnostic. Il finit par s’attacher à ce patient, malgré lui. Et il raconte et raconte, puis l’autre ne répond pas, par moment, on oublie presque qu’il parle à quelqu’un, puis, une fois de temps en temps, on a le silence de son interlocuteur. Et il y a cette fin surprenante. Tout simplement génial ! Succulente nouvelle vraiment marrante.

La plume de Daniel Pennac est toujours aussi gracieuse. Elle nous fait entrer dans l’histoire à pieds joints. Un merveilleux divertissement qui porte aussi à réflexion. 

Quant au 6e continent, le texte est rédigé sous forme de pièce de théâtre. Elle raconte l’histoire d’une famille obsédée par la propreté (encore l’obsession ici), en fait, se retrouve à être un grand pollueur. Vous aurez donc compris que le sixième continent est en fait cette espèce de masse constituée de bouteilles de plastique dans l’océan. Malheureusement, malgré l’écriture agréable de Pennac, on accroche moins à l’histoire. Il y a un certain manque de constance entre les scènes. Toutefois, la réflexion suscitée demeure d’un plus grand intérêt.

Le 6e Continent
Daniel Pennac
Gallimard
19,95 $/12,90 €

Yannick Ollassa/La Bouquineuse boulimique

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire