mercredi 30 mai 2012

Carnet d'une flâneuse à New York

D'un esthétisme qui plaira à la plus girly des femmes, ce petit guide de voyage d'Esther Bégin est un must absolu pour la fille qui désire explorer New York. L'auteure partage ses meilleures adresses que se soit pour manger, se promener, se dorloter, prendre un verre ou le thé, aller au musée.

Côté pratique, il y a des espaces pour prendre des notes sur la plupart des pages, des cartes ainsi que des photos prises par Esther Bégin elle-même. Une légende de prix permet de planifier son séjour tout en respectant son budget. À la toute fin, il y a également quelques tuyaux, notamment concernant l'hébergement, les magasins et les parfums pas cher. Il y a même des références pour celles qui désirent voir des vedettes.

Un petit guide agréable et convivial qui sera dans mes valises lors de mon prochain passage à New York!

Mon appréciation  *** 1/2

Carnet d'une flâneuse à New York
Esther Bégin
Les éditions La Presse
26,95 $

mardi 29 mai 2012

Samouraïs - La grâce des guerriers : Un véritable bijou!


On connait le Dr Richard Béliveau pour son intérêt pour la santé, mais on ne pouvait soupçonner son intérêt pour les Samouraïs, ces guerriers japonais.

Passionné des œuvres d’art du Japon, il possède une impressionnante collection d’armures, de masques, de casques et de sabres de samouraïs. En ce moment en exposition au Musée Pointe-à-Callière, sa collection nous est également présentée dans ce livre rempli de superbes photos et de textes explicatifs. On en apprend sur leur univers fascinant en passant par les traditions, les valeurs qui sous-tendent leur code d’honneur,  ainsi que sur la calligraphie japonaise et le rituel du thé.

Un objet absolument exquis à laisser sur la table à café et à feuilleter de temps en temps, question d’accroître sa culture. Il fait aussi un très beau cadeau de Fête des Pères.

L’exposition Samouraïs – La prestigieuse collection de Richard Béliveau est en cours du 17 mai 2012 au 31 mars 2013 au Musée Pointe-à-Callière, à Montréal.



Samouraïs – La grâce des guerriers
Richard Béliveau
Libre Expression
39,95 $

lundi 28 mai 2012

Un crime d'honneur


Le scénariste et auteur, connu notamment pour les téléséries Les Lavigueur, la vraie histoire et Bombardier nous présente le deuxième volet des enquêtes de Jérôme Marceau. Un suspense dont le rythme soutenu sait garder les lecteurs jusqu’à la fin.

Tout d’abord, précisons qu’il n’est nullement nécessaire d’avoir lu la première enquête de Marceau pour apprécier la présente à sa juste mesure.

Marceau, surnommé Aileron par ses collègues à cause d’une malformation due à la Thalidomide, est en arrêt de travail à la suite d’une blessure encourue de son dernier dossier. Envisageant de prendre des vacances, fortement recommandées par sa supérieure immédiate, il fait l’acquisition d’un véhicule d’occasion. Or, l’ancien propriétaire lui semble louche. Quelque chose dans le regard de Sanjay Singh Dhankhar cloche. Arrivé chez lui, Marceau ausculte le véhicule pour découvrir une tache de sang séché sous la roue de secours. Le policier, très intuitif, mais surtout incapable de laisser passer une piste, fait des recherches sur Sanjay Singh Dhankhar.

Parallèlement à cela, des collègues font appel à lui pour tenter d’élucider le vol de 5000 passeports canadiens. Comme ils ont été subtilisés dans les souterrains de Montréal et que Marceau en est un expert, cumulant 15 ans de service au sein de la SCS (la Sécurité et Contrôle souterrains), il s’avère la personne tout indiquée pour aider l’équipe formée de la GRC, de la SQ et du SPVM. En tentant de leur prêter main-forte, il brise un serment prononcé 15 ans auparavant. Cette révélation sera lourde de conséquences pour l’inspecteur, puisque des informations sensibles pourraient bouleverser le climat politique et social.

Comme si cela n’était pas assez, il apprend que sa mère est atteinte d’un grave cancer incurable et qu’elle n’en a que pour très peu de temps à vivre. Il décide de tout délaisser pour partir avec elle à la mer, son dernier souhait. Cependant, trop obsédé par Dhankhar, il refait le trajet que la famille a suivi quelques semaines plus tôt, durant le voyage pour comprendre ce qui s’est réellement passé dans cette voiture.

Ainsi Jacques Savoie noue la trame d’un suspense où l’on mêle vie personnelle et enquêtes non officielles. À travers les réflexions de Marceau et les discussions avec sa mère qui oscille entre la lucidité et la démence, Savoie dresse le profil psychologique complet de cet homme qui préfère rester dans les souterrains, caché du monde, bien qu’il revendique le droit de briguer des postes de responsabilité. Son handicap et le rejet vécu par son père auront forgé un adulte habité par la honte et désireux de plaire afin de ne pas être abandonné.

L’auteur entraîne habilement le lecteur dans l’histoire d’un crime d’honneur, sujet toujours d’actualité. Grâce aux nombreuses explications du fonctionnement des traditions indiennes, on est en mesure de comprendre – qu’il soit d’accord ou non – les enjeux de ces morts que l’on dit honorables.

Un agréable divertissement pour les journées chaudes au bord de la piscine, ce livre se lit presque d’une traite.

Une mort honorable
Jacques Savoie
Expression Noire
ISBN 978-2-7648-0549-7
24,95 $

Mon appréciation : *** ½


samedi 26 mai 2012

Dans ma boîte aux lettres et nouvelle acquisition cette semaine

Des nouveautés pour le plaisir des yeux et de l'intellect!


Tout ça pour quoi de Lionel Shriver chez Belfond
Une enfant de Poto-Poto de Henri Lopes chez Gallimard
Sur mesure de Catherine McKenzie chez Goélette


Il ne reste plus qu'à les lire!


vendredi 25 mai 2012

Le Christ obèse de Larry Tremblay


Dramaturge et auteur métaphorique, Larry Tremblay nous présente Le Christ obèse, une œuvre sur fond de religion, qui explore les concepts de bien et de mal, ainsi que la très judéo-chrétienne culpabilité.

La religion, ou plutôt la foi chrétienne tisse la toile de fond du roman. Les notions de bien, de mal et de culpabilité sont à la base des réflexions et comportements du personnage principal. L’univers dépeint par Larry Tremblay est assez étrange. On est plongé dans les pensées d’Edgar, un trentenaire. Après s’être endormi sur la tombe de sa mère alors qu’il s’y recueillait, il se réveille pour être témoin d’une agression. Agissant par réflexe, Edgar décide de sauver la victime. Il la transporte donc dans le coffre de sa voiture jusqu’à la maison. Une fois rendu, il s’évertue à prendre soin d’elle. Au fil des jours, il lui prodigue des soins tels qu’une mère le ferait avec son enfant. Une étrange relation se tisse entre les deux.

On se questionne tout au long du récit. Pourquoi ne travaille-t-il pas? Quelle est son histoire? Aucune réponse. L’univers de ce trentenaire asocial est plus que déconcertant. En fait, au fil de la lecture, on constate qu’Edgar semble plus montrer des traits de schizophrénie avec ses idées religieuses, ses visions, etc. Ne semblant pas avoir bénéficié d’une relation aimante avec sa mère, il s’avère clair qu’il a un trouble de l’attachement. Il tente tant bien que mal de se lier à la victime dont il prend soin. Mais sa perception de cette dernière est étrange. On n’en sait peu sur l’état physique de cette femme, qui, on le découvre en même temps qu’Edgar, est en fait un homme. Les interactions entre les deux démontrent clairement que le soignant perçoit son « patient » comme un objet. Il n’en a qu’une vision partielle et le traite comme un animal de compagnie.

Un roman qui accroche le lecteur, curieux de savoir jusqu’où Edgar ira et comment tout cela se terminera. Écrit avec une ingéniosité particulière, on a l’impression que cette aventure a été pondue d’un seul souffle, bien que l’on constate que chaque mot est choisi, pesé. Un travail bien exécuté.

Le christ obèse
Larry Tremblay
Éditions Alto
20,95 $

Mon appréciation : ***


mercredi 23 mai 2012

Le corps des femmes est un champ de bataille

Le 11 septembre 2001 est non seulement la date où les tours du World Trade Center ont été la cible des terroristes, mais également le jour où Lee Chatham, écrivain reconnu, aurait assassiné Leo Cavanagh et violé et tué Maurine Cavanagh. Huit ans plus tard, celui-ci est exécuté dans une prison américaine.

Lara Crevier est une étudiante en littérature travaillant sur sa maîtrise. Admiratrice des deux auteurs, elle a du mal à comprendre comment Chatham en serait venu à de tels actes. Elle s’aventure donc à enquêter sur le crime, malgré le fait que Chatham ait été exécuté et que, quoi qu’elle trouve, rien ne changera les choses. Elle devient totalement obsédée par cette recherche.

L’histoire est bien campée et permet le déploiement de l’intelligence de Chabin. Il élabore des théories brillantes et créé un suspense solide et constant. Les ambiances sont tangibles. La majorité d’entre elles sont un peu moins glauque que celles que l’on retrouve généralement aux Éditions Coups de tête, d’autre part de nombreux personnages sont lugubres, dont le fameux Minski, qui est un croisement entre un homme et un animal. Sa bestialité répugne, inquiète, bref, provoque l’effet désiré. Chabin joue habilement avec les personnages, nous apprenant à ne pas nous fier aux apparences. Peu d’entre eux sont réellement ceux qu’on croit qu’ils sont. Ils ont de la chair, sont complexes et peu saisissables.

Il y a un endroit où on décroche. Un rapport sexuel auquel le lecteur n’assiste pas, mais dont on lui parle. On ne sait d’où ça vient, ce qui a amené ça et en quoi cela apporte à l’histoire. Je soupçonne que c’est une histoire de gars. Comme s’il fallait absolument insérer ce type de passage. Pourtant, ailleurs dans le livre, l’auteur relate une relation sexuelle. Mais celle-ci apporte à l’histoire, fait partie de l’intrigue. C’est loin d’être le cas ici. De plus, on n’y croit simplement pas! Hormis cet élément, c’est un polar très bien ficelé, tout à fait crédible et accrocheur.

Le corps des femmes est un champ de bataille
Laurent Chabin
Les Éditions Coups de tête
17,95 $ — 13 €

Mon appréciation : *** ½

lundi 21 mai 2012

Rencontre avec Brigitte Pilote, auteure de «Mémoire d'une enfant manquée»

En ce lundi, c'est avec plaisir que je vous présente ma rencontre avec Brigitte Pilote auteure de Mémoires d'une enfant manquée. Je me suis entretenue avec elle au Salon international du livre de Québec.




Je tiens à remercier Mme Pilote d'avoir accepter de me rencontrer, de même que le Groupe Librex pour leur précieuse collaboration.


dimanche 20 mai 2012

Les mémoires d'un oeuf lauréat du prix Tenebris 2012


Le premier festival de littérature policière s’est clotûré cet après-midi avec la remise du tout premier pix Tenebrix.
Le roman primé est  Les Mémoires d'un œuf, de l'écrivain québécois Sylvain Meunier publié chez la courte échelle. Des 22 romans soumis au jury, étaient en lice 
  • Adieu de Jacques Expert (Sonatine)

  • L'Infortune des bien nantis de Maxime Houde (Alire)
  • La Géométrie du tueur de Laura Sadowski (Odile Jacob)
  • L'Armée furieuse de Fred Vargas (Viviane Hamy)

Toutes mes félicitations à l’auteur ! 

J'ai craqué...

... Hier. J'adore conduire sur l'autoroute, la musique à fond, lorsque le soleil brille de tous ses feux. L'histoire, c'est que je n'avais nulle part où aller alors j'ai roulé jusqu'à la prochaine sortie 20 km plus loin. Ce n'est pas un problème en soi. C'est la distance habituelle de mes conduites euphoriques. Le truc c'est qu'à cette fameuse sortie d'autoroute, je dois passer devant une librairie avant de retourner chez moi... Vous comprenez ? Ici le résultat de ma promenade.


Le peignoir et Humains aigre-doux de Suzanne Myre

Transtaïga tome 1 — Les villages assoupis d'Ariane Gélinas
tous trois publiés aux Éditions du Marchand de feuilles

... Soupir


samedi 19 mai 2012

Dans ma boîte aux lettres et achats de la semaine

Avec le beau temps prévu ce weekend et l'été qui arrive bientôt, voici les nouvelles lectures que j'ai à me mettre sous la dent.


L'appartement du clown et Le Moderne Cabaret de Vic Verdier, chez les Éditions XYZ

Matthieu le fils de Jean Paul Belly, chez Joueurs d'Astres / Rezobook.com

Crépuscule de Michael Cunningham, chez Belfond

Désaccords imparfaits de Jonathan Coe, chez Gallimard Nouvelles

Triple frontière de Sebastian Rotella, chez Expression Noire



Surveillez le blogue pour connaître mes appréciations de ces livres!

Bon weekend!


vendredi 18 mai 2012

la courte échelle : Deux titres à télécharger gratuitement pour souligner 15 000 livres numériques vendus



Moins de deux ans après s’être embarquée dans l’aventure du livre numérique, la maison d’édition la courte échelle est heureuse d’annoncer qu’elle a atteint la marque des 15 000 livres électroniques vendus. Sensible aux demandes des lecteurs, elle offre désormais plus de 300 en format numérique.

Pour célébrer cette marque symbolique, la courte échelle offre deux livres en téléchargement gratuit. Il s’agit de Cache Crash, une nouvelle inédite d’André Marois et Le ver, un documentaire humoristique d’Elise Gravel qui paraîtra cet automne. Cette offre est en vigueur dès aujourd’hui, vendredi 18 mai, et ce jusqu’au 22 mai 2012. Pour vous procurer ces livres, rendez-vous à l’adresse http://www.courteechelle.com/en-numerique.

Je tiens à féliciter la maison d’édition, qui depuis 35 ans, compte plus de 750 titres à son catalogue, tant en littérature jeunesse qu’adulte.









jeudi 17 mai 2012

Sucredor, tome 1 - Où est passé le bon sommeil du roi?

Sucredor est un endroit où il fait bon vivre. Les gens sont de bonne humeur, le temps est beau, les abeilles produisent un miel de grande renommée, bref, c'est la joie. Jusqu'au jour où le roi de Sucredor,  Roupillon le Quatrième, perd son bon sommeil. Il fait alors gris, le roi ainsi que ses sujets sont de mauvaise humeur. Rien ne va plus. Une quête s'entame donc pour retrouver le bon sommeil du roi.


Une jolie petite histoire sur l'importance de bien dormir pour les petits qui débutent l'école. Les illustrations de la couleur du soleil sont fort agréables. Le sujet est abordé de façon claire et compréhensible. Un livre succulent !


Mon appréciation : ***


Sucredor,tome  1—- Le bon sommeil du roi

Sylvain Meunier
Illustrations : Sophie PA

Collection Premier roman

Série Sucredor
7 ans et plus.
8,95$

mercredi 16 mai 2012

Tenter de saisir l’insaisissable


Les truites à mains nues comporte trente courtes nouvelles de tons totalement différents (c’est parfois un peu déroutant), dont la thématique principale est le temps qui passe.

De jeunes gens, tous à l’orée de l’âge adulte arrivent à la conclusion que le temps, la vie, sont des choses insaisissables. C’est leur première rencontre avec le concept de finitude. On les trouve parfois en flottement, en errance, puis à d’autres moments, ils sont atteints d’une étonnante lucidité. Celle-ci a pour conséquence de sentir leur vide intérieur et de constater que rien ne pourra le remplir. Ils constatent que tous les subterfuges auxquels ils ont recouru afin de le combler sont futiles et vains.

Ils se rendent compte que l’âge adulte est la résignation à avoir l’air de saisir, mais de ne pas le faire. Les adultes répètent les mêmes gestes que les autres par conformisme plus que par conviction. Face à l’absurdité de la vie qui leur apparaît maintenant comme évidente, ils sombrent dans une sorte de renoncement. Que ce soit quant à l’amour, quant à leur vie professionnelle, leur quotidien, etc. Tout jeune adulte finit par arriver au constat que la vie n’est pas telle qu’il l’avait conçue, imaginée, espérée. C’est un choc brutal qui propulse les uns encore plus dans la recherche de l’absolu, alors qu’il enclenche chez les autres cet abandon d’être différent, d’être soi à part entière.

J'ai eu du mal à accrocher, en raison de la brièveté des textes. Personnellement, j'aurai préféré qu'ils soient un tantinet plus long. Toutefois, le message de l'auteur passe,  un peu comme si l'on faisait du zapping entre les chaînes télé et de toujours arriver au moment important à chaque fois.

L’écriture quant à elle est bien travaillée. On sent bien que l’auteur a peaufiné chaque phrase, l’amenant à son maximum d’éloquence, jusqu’aux titres accrocheurs et particulièrement bien choisis. Ils incitent le lecteur à s’engager dans la nouvelle avec curiosité et intérêt.

De courts textes d’une lucidité déconcertante qui forment un livre fort, même si certains semblent plutôt légers, si l’on ne les lit qu’au premier niveau. Charles Bolduc atteint un niveau de profondeur s’y prenant d’intéressante façon pour amener le lecteur où il le veut.


Mon appréciation : ***


Les truites à mains nues
Charles Bolduc
Leméac
13,95 $

lundi 14 mai 2012

Brève : Lauréats du Prix des libraires du Québec 2012




LAURÉAT DU PRIX DES LIBRAIRES
DU QUÉBEC 2012






C’est en cette très belle journée du 14 mai qu’a eu lieu la dix-neuvième remise du Prix des libraires du Québec. Les lauréats sont Samuel Archibald (Arvida) pour la catégorie roman québécois et Delphine de Vigan (Rien ne s’oppose à la nuit) pour la catégorie hors Québec.
Le Prix des libraires du Québec est décerné aux auteurs, nouveaux ou déjà établis dont les œuvres se sont démarquées par leur originalité et leur qualité littéraire. Un comité composé de sept libraires a sélectionné les finalistes en janvier dernier. Les romans retenus ont été soumis à l’ensemble des libraires du Québec. Deux-cents d’entre eux ont voté pour leur œuvre favorite.
Liste des finalistes :
Catégorie roman québécois :
  • Arvida, Samuel Archibald (Le Quartanier)
  • Le sablier des solitudes, Jean-Simon DesRochers(Les Herbes rouges)
  • Sous béton, Karoline Georges (Alto)
  • La marche en forêt, Catherine Leroux (Alto)
  • Hongrie-Hollywood Express, Éric Plamondon (Le Quartanier)

Catégorie roman hors Québec : 
  • Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan(JC Lattès)
  • La vie très privée de Mr Sim, Jonathan Coe (Gallimard)
  • Le cas Sneijder, Jean-Paul Dubois (de l’Olivier)
  • Une femme fuyant l’annonce, David Grossman (Seuil)
  • Du domaine des murmures, Carole Martinez (Gallimard)


Le 23 février dernier, je publiais les résultats d'un sondage maison. Les lecteurs du blogue n'avaient pas un si mauvais nez, puisqu'ils avaient choisi Delphine de Vigan. D'autre part, côté québécois, ils avaient préféré Karoline Goerges.
Félicitations aux lauréats !
www.prixdeslibraires.qc.ca