jeudi 29 novembre 2012

XXL : De la distorsion dans le regard

Pour acheter ce livre sur Ruedeslibraires.com
cliquez sur l'image

Par Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

Carmen est une adolescente anglaise de 14 ans. Elle aime jouer avec des consoles vidéo, s’habiller en survêtement et manger des friandises et du Mc Do. Une adolescente normale, quoi! Cependant, sa mère, Maria, est obsédée par les régimes. Au début, ça semble lourd, mais petit à petit, on se rend compte que c’est majeur et maladif. Elle harcèle constamment Carmen sur son poids et son alimentation, puis on réalise que Maria souffre d’anorexie au point où elle sort d’un séjour à l’hôpital. Pour elle, tout se résume à la maigreur et à l’image. C’est le seul moyen de réussir, d’avoir de l’attention, d’être respectée, de se considérer. Elle tente de convaincre sa fille de se mettre au régime, tout comme elle, sinon elle ne sera pas heureuse. Bien sûr, ça crée d’énormes tensions entre elles, sans compter celles particulières à l’adolescence et la nécessité de se différencier de sa mère pour forger sa propre identité.

D’autre part, il y a Brian, le père adoptif de la jeune fille. Il est un peu son allié et lui refile de la nourriture (principalement des aliments interdits par Maria). Il l’adore comme si c’était sa fille biologique et ne souhaite pas la voir prendre le même chemin que sa femme, qu’il essaie tant bien que mal de ramener à la raison. Car, bien sûr, l’anorexie est un trouble alimentaire classé comme étant une maladie mentale. On est donc en territoire très dramatique.

Appréciant peu ce qu’elle conçoit comme des tentatives de corrompre sa fille, ainsi que la surveillance affectueuse qu’il lui offre, le désignant comme responsable de l’état de sas vie professionnelle, Maria décide de quitter Brian pendant qu’il est en voyage d’affaires. Elles emménagent à Birmingham, où Carmen ne veut pas se rendre, mais a été incapable de convaincre sa mère de la laisser avec son père. C’est donc à reculons qu’elle suit Maria en ville dans un appartement douteux et un quartier minable. En changeant d’école, Carmen, soucieuse d’être acceptée, se met à railler les autres filles, plus particulièrement à intimider une étudiante obèse. Ne voulant pas se faire traiter de la sorte et ayant été approchée par Paisley et Maxine, sans compter que  se poursuit toujours le harcèlement de sa mère, qui tient le réfrigérateur vide (on est ici dans la négligence d’enfant), elle tombera elle aussi dans le piège des troubles alimentaires. Alors que Maria est anorexie, Carmen donnera plus dans les crises de boulimie, suivies de périodes d’anorexie. À ce moment, la relation entre la mère et la fille devienne un peu moins tendue, puisque Carmen perd du poids et semble enfin s’être ralliée au bon côté.

Malheureusement, Brian n’étant plus là pour le faire, personne n’est présent pour la raisonner et Maria sombre de plus en plus dans la pathologie. Il est important de dire que l’anorexie et la boulimie sont des maladies mentales, avec des symptômes et des conséquences physiologiques graves pouvant mener jusqu’à la mort. C’est une affection par laquelle la personne tente de reprendre le contrôle qu’elle croit avoir perdu sur sa vie, notamment. En proie à de grandes anxiétés, Maria développe de la paranoïa, ce qui n’est pas rare dans de tels cas. Carmen doit chercher de l’aide et sauver sa mère, qui arrive très mal en point à l’hôpital. Certains de ses organes ont souffert de la privation de nourriture. Quant à l’état de santé de Carmen à la fin de l’histoire, on ne sait pas tout à fait où elle en est.

XXL est un excellent livre pour adolescentes qui s’adresse à elles dans leur langage. Il aborde leurs préoccupations et l’extrême pression par les pairs ainsi que par la société pour être conforme aux normes sociales, et ainsi être accepté. Il souligne que l’image de la femme qui est proposée par la majorité des médias est si inaccessible et incompatible avec la santé. Le risque de se retrouver, éventuellement, dans un monde avec des gens en surpoids et les autres en sous-poids est bien plausible.

Ces sujets sont toujours traités avec beaucoup de sensibilité, ce qui est judicieux les réalités dont il est question sont dures. Par contre, il est important de briser le silence autour de cette problématique qui prend de l’ampleur à travers le monde.

Une histoire touchante, mais qui se lit très bien à cause de choix judicieux de l’auteur quant à la façon d'aborder le sujet. Il y a quelques touches d'humour et des passages plus légers qui permettent aux lectrices de d'apprécier l'étendue de ce que l'auteur cherche à transmettre. Toute jeune fille devrait avoir ce livre en main. Et à quand un livre sur la réalité anorexique des garçons, car elle existe et elle aussi est en croissance?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire