mardi 13 novembre 2012

Les lauréat des Prix littéraires du Gouverneur général maintenant connus

Le Conseil des Arts du Canada a dévoilé, le 13 novembre, les lauréats des diverses catégories. Les voici en rafale : 

Romans et nouvelles


  • France Daigle, Moncton (Nouveau-Brunswick), Pour sûr (Éditions du Boréal; distribué par Diffusion Dimedia)
  • Linda Spalding, Toronto, The Purchase (McClelland & Stewart, une division de Random House of Canada; distribué par l’éditeur)

Poésie

  • Maude Smith Gagnon, Montréal, Un drap. Une place. (Éditions Triptyque; distribué par Diffusion Dimedia)
  • Julie Bruck, San Francisco, Californie (originaire de Montréal), Monkey Ranch (Brick Books; distribué par LitDistCo)

Théâtre

  • Geneviève Billette, Montréal, Contre le temps (Leméac Éditeur; distribué par Socadis)
  • Catherine Banks, Sambro (Nouvelle-Écosse), It is Solved by Walking (Playwrights Canada Press; distribué par University of Toronto Press)

Essais

  • Normand Chaurette, Montréal, Comment tuer Shakespeare (Presses de l’Université de Montréal; distribué par Socadis)
  • Ross King, Woodstock, Royaume-Uni (originaire de North Portal, Saskatchewan), Leonardo and the Last Supper (Bond Street Books, une division de Doubleday Canada; distribué par Random House of Canada)

Littérature jeunesse – texte

  • Aline Apostolska, Montréal, Un été d’amour et de cendres (Leméac Éditeur; distribué par Socadis)
  • Susin Nielsen, Vancouver, The Reluctant Journal of Henry K. Larsen (Tundra Books, une division de Random House of Canada; distribué par l’éditeur)

Littérature jeunesse – illustrations

  • Élise Gravel, Montréal, La clé à molette, texte d’Élise Gravel (Éditions de la courte échelle; distribué par Diffusion du livre Mirabel jusqu’au 31 décembre, puis par Messageries de Presse Benjamin)
  • Isabelle Arsenault, Montréal, Virginia Wolf, texte de Kyo Maclear (Kids Can Press; distribué par University of Toronto Press)

Traduction

  • Alain Roy, Montréal, Glenn Gould (Éditions du Boréal; distribué par Diffusion Dimedia)
  • Nigel Spencer, Montréal, Mai at the Predators’ Ball (House of Anansi Press; distribué par HarperCollins Canada) Traduction vers l’anglais de Mai au bal des prédateurs, de  Marie-Claire Blais (Les Éditions du Boréal)
Félicitations aux auteurs ainsi qu'aux traducteurs primés!

Source : Le Conseil des Arts du Canada

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire