lundi 29 octobre 2012

Cinquante nuances de Grey


Par Yannick Ollassa / La Bouquineuse boulimique

La jeune Anastasia Steele, une étudiante en littérature âgée de 21 ans, se rend faire une entrevue avec un riche et puissant homme d’affaires, également jeune, beau et ténébreux. Malgré sa maladresse et sa nervosité, il tombe sous son charme et lui propose un contrat, non pas d’affaires, mais un contrat de soumission à des fins sexuelles. S’ensuivent négociations et parties de jambes en l’air. Voilà pour le résumé.

Maintenant, qu’ai-je pensé du livre qui s’est vendu à plus de 40 millions d’exemplaires? Évidemment, c’est bourré de clichés et d’idées reçues. Bien sûr, l’auteure suit une recette. Celle des Harlequin (des contes de fées pour adultes) avec du BDSM (Bondage, domination et sado-masochisme).

Certains éléments sont plus ou moins crédibles, dont le plus important, mais non le moindre : une jeune vierge nerveuse et intimidée par le puissant homme d’affaires qu’est Christian Grey, dans la vraie vie, ne jouit pas autant qu’Anastasia. Encore moins la première fois, qu’on se le dise! Quel message envoie-t-on aux jeunes filles? Qu'on est en mesure de jouir du premier coup, comme ça, en claquant des doigts? Malheureusement, ce n'est pas réaliste. Oui c'est de la fiction, mais sur cet aspect, faisons attention aux messages que l'on transmet. 

Par ailleurs, il a le bénéfice d’aborder un thème un peu tabou, l’asservissement sexuel. On n’en parle pas trop, cependant ce type de pratiques est plus répandu que l’on ne le croirait. C’est pour ça que EL James a pu écrire à ce sujet et que ses livres connaissent ce succès. Parce que ça choque beaucoup moins qu’avant et que ça intrigue beaucoup plus. Lire Cinquante nuances de Grey, c’est aussi être un peu voyeur.

Pourtant, ce n’est pas, à mon sens, un roman érotique. Ce n’est pas parce que l’on décrit des actes sexuels qu’ils sont excitants. C’est surtout un livre sur les jeux de pouvoir. Sur ce qu’une enfance malheureuse et l’impression d’être hors de contrôle peuvent faire de ravages sur l’être humain. En fait, la sexualité m’apparait secondaire. La vraie question est la dynamique dominant – dominé. Le sexe est juste une des matérialisations, parmi les plus puissantes, de cela. Si l’on pousse l’analyse, il faut le mentionner, c’est lui qui est soumis. Oui, oui! On est toujours dominé et dominant à la fois. Il n’y échappe pas. Il est tributaire de ses pulsions, de sa haine envers lui-même, de sa partenaire, pour ressentir du plaisir sexuel. C’est un réel esclavage.

Pourquoi est-ce que ça vend autant? Je ne sais pas. Ce qui est intéressant, excitant, voire irrésistible, pour certaines personnes : les aspects ténébreux et intrigant de l’homme en question, le fait d’être désirée de la sorte, le pouvoir qu’Anastasia a sur un homme puissant et séduisant, la notion de danger. Encore? Parce qu’il y a du sexe, parce que nous vivons dans un monde en mal de sensations de plus en plus fortes. Parce que nous sommes curieux et que la machine derrière la mise en marché du livre a bien fait son travail. Ce n’est certes pas de la grande littérature, mais c’est divertissant.


Cinquante nuances de Grey
E L James
JC Lattès
Papier : 24,95 $/ 17 €    
Numérique : 16,99 $ / 11,99 €

9 commentaires:

  1. J'ai été incapable de terminer ce livre tellement j'étais exaspérée! Que de clichés et de niaiseries! Les personnages sont stéréotypés à outrance, Anastasia ne cesse de répéter comment il est beau et sexy...c'est pas lisable! Il y a tellement de bons auteurs qui restent dans l'ombre, alors que des livres pareils profitent d'un succès mondial! C'est un abrutissement total.
    Et pour les adeptes du BDSM (comme moi) c'est du soft plus que soft...La relation dominant-dominé est tellement plus profonde que ça...Une belle occasion de mettre ces pratiques en lumière (pour enrayer quelques préjugés au passage) complètement ratée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être approfondit-elle dans «Fifty Shades Darker»...?

      Supprimer
  2. J'ai beaucoup apprécié ta critique! On a tellement entendu parlé de ce livre sous le même aspect que j'ai été surprise par la direction que tu donnes à ton article ... surprise dans le bon sens!

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup! C'est très gentil et ça me fait plaisir! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Le personnage un peu cruche et idiote d'Anastasia a fait que malheureusement, je ne me suis aucunement attaché au personnage. En fait, je me foutais éperduemment ce ses sentiments. Qu'elle trouve la relation difficile, la peine et la peur de se faire blesser ou qu'importe. Christian Grey est en quelque sorte fascinant et il vole la vedette. Mais cette manie de répété à quel point il est beau. Elle se mord la lèvre a tout bout de champ.. bref, c'est exaspérant du genre: quoi d'autre?

    J'entame le second tome. Plutôt par désir de voir si la poursuite de la lecture arrivera à me faire apprécié le livre. Parce que dans le fond, je ne suis qu'une disciple supplémentaire de Grey qui obéit à l'entreprise qui a tout mis en marche pour me faire acheter, lire et parler de ce roman.

    Dans le fond. Ca marche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé oui, ça marche! On est curieux de connaître la suite. Et quel personnage, ce Christian Grey!!

      Supprimer
  5. mais le deuxieme n'est pas encore sortie en francais.. car dessus, il indique LA TRILOGIE ..???? OUI ca se repete.. mais bon, ca tient en haleine, en passant qu'il va surement arriver de quoi d'autres..sinon pourquoi 3 livres ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Est ce quelqu'un a un titre a me proposer dans le même genre mais comment dire moins ado ? Un livre érotique mais pas le genre adolescent ? Merci
    Martine

    RépondreSupprimer
  7. J'ai beaucoup aimé votre critique et j'y adhère. Il y a beaucoup de répétitions (« qu'il est beau ... arrête de te mordre la lèvre ... il est si sexy ... ») et ça devient souvent agaçant.

    Je suis d'accord avec vous : qu'une personne qui n'a jamais fait l'amour éprouve autant de plaisir, aussi soudainement, et si souvent, est peu réaliste. Je ne me suis pas attachée beaucoup au personnage d'Anastasia. Elle me laisse froide.

    Par contre, je sursaute lorsque vous écrivez que c'est Christian Grey qui est soumis : vous avez tout à fait raison ! Il est prisonnier de ses démons intérieurs ! Et c'est ce personnage qui me fascine et qui m'interpelle, et attire ma sympathie... et qui a fait en sorte que j'ai acheté hier le 2e et le 3e tome.

    Ça se lit très vite, c'est divertissant, même si on se lasse des scènes de baise qui, finalement, sont secondaires par rapport à ce que vit cet homme au passé trouble. Et c'est pour connaître ce passé et aussi voir si Ana le sortira de la noirceur pour l'amener vers la lumière que j'ai acheté la trilogie.

    J'avoue que ce n'est pas le genre de livres que je lis habituellement, mais j'ai été happée par tout ce qu'on racontait à son sujet et par les nombreuses discussions de mes collègues de travail, dont l'une m'a passé le premier tome ;) Mais il y n'y a rien de mal à lire des choses différentes.

    Bonne lecture à tous et toutes !

    RépondreSupprimer