mardi 24 juillet 2012

La chorale du diable de Martin Michaud


Il s’agit là du deuxième roman policier de Martin Michaud. Bien que n’ayant pas lu le premier, Il ne faut pas parler dans l'ascenseur, je me suis lancé dans l’aventure. Et quelle aventure! Celle-ci est menée tambour battant, il n’y a aucun répit pour le lecteur, tenez-vous le pour dit. Une fois que vous ouvrez ces pages, il ne vous sera plus possible de les fermer.

L’auteur nous plonge au cœur de Montréal. Mais attention, nous sommes loin du cliché touristique même si, au détour de certaines descriptions, on y retrouve des endroits que l’on connait, voir que l’on a parcouru. Notre guide n’est autre que le sergent-détective Victor Lessard. Avec lui, nous visitons les coins sombres de la ville mais surtout de l’être humain. C’est un personnage à la fois torturé au plus profond de son âme et une personne droite et honnête. Les acteurs de ce roman sont décrits avec réalisme et précision de sorte que l’on peut ressentir leurs angoisses, leurs peurs et leurs joies.

Tout commence avec l’enquête sur un « drame » familial comme, malheureusement, il est parfois question de nos jours. Bien que la hiérarchie policière veuille fermer rapidement l’investigation banale qui s’en suit, Victor ne le voit pas du même œil. Il s’implique émotivement à un niveau dangereux pour lui, de sorte que des éléments de son passé viennent le hanter et même l’accompagner. Mais il ne lâche pas prise et tient jusqu’au bout.

L’histoire n’est vraiment pas cousue de fils blanc. Tout comme le sergent-détective, nous progressons pas à pas au sein d’un labyrinthe d’hypothèses. Les unes se succèdent aux autres nous rapprochant de la conclusion puis soudain brouillant les pistes. Les personnages vibrent aux rythmes des phrases et évoluent selon celui des pages.
Si vous avez aimé lire des auteurs tels que Harlan Coben, vous allez adorer Martin Michaud, avec en prime un vocabulaire typiquement québécois qu’il fait plaisir à lire.
Le tout est ponctué de personnages pour le moins originaux qui apportent une touche de dépaysement supplémentaire.

Il ne vous reste donc plus qu’à vous le procurer pour passer un très bon moment.

Appréciation : ****

La chorale du diable
Martin Michaud
Les Éditions Goélette
24,95 $ Papier
18,95 $ Epub

Dominique de Leeuw.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire