lundi 2 janvier 2012

Un monde mort comme la lune

Un monde mort comme la lune
Michel Jean
Libre Expression
256 pages
Septembre 2009
ISBN : 9782764804773

Reporter pendant plusieurs années à RDI et Radio-Canada, l’animateur de l’émission d’intérêt public J.E. a publié en 2009 un troisième livre, un roman qui s’intitule Un monde mort comme la lune.
Dans ce premier roman, Michel Jean reste près du monde qu’il connaît, le métier de reporter. Ce choix, sécuritaire pour sa première œuvre de fiction, s’avère heureux.

Jean-Nicholas Legendre reporter, est envoyé en mission en Haïti pour la chaîne de télévision pour laquelle il travaille. Il s’est vu confier le lourd mandat de trouver des preuves qui établiraient un lien entre des narcotrafiquants colombiens, des gangs de rue de Montréal et le Président haïtien, Jean-Bertrand Aristide. Inutile de mentionner que c’est une tâche à la fois délicate et dangereuse.

Entremêlée de faits historiques liés aux derniers moments du règne d’Aristide, l’histoire de Jean-Nicholas Legendre se déplace entre la Capitale et Cité-Soleil, où il se rend pour élucider l’affaire. Faisant fi des conseils de son fixer, il va à la rencontre d’un redoutable chef de bande qui donne froid dans le dos. Il réussit, à force de persévérance, à établir les liens entre les diverses parties et termine son reportage. À son retour à la maison, il est propulsé dans la tornade médiatique et politique secondaires à ses révélations. Celles-ci auront des conséquences beaucoup plus graves qu’il ne l’aurait cru.



Le contraste entre la vie du reporter et sa vie personnelle est frappant. Jean-Nicholas carbure à l’adrénaline que lui procure le rythme trépidant et les aventures risquées inhérents à son métier, mais il apprécie tout autant le retour à la routine familiale, son havre de paix. La notion de dualité réapparait quand il se retrouve confronté à un drame. Jean-Nicholas, l’être si amoureux de sa conjointe qu’il a résisté à avoir une aventure avec Bia, une prostituée haïtienne remarquablement séduisante et sympathique, par amour pour sa femme. Qu’adviendra-t-il lorsqu’il vivra une tragédie qui le changera irrémédiablement? Par l'entremise de Jean-Nicholas, mais également d'autres personnages, l'auteur sous-entend que les deux extrêmes existent toujours en nous et que certains évènements peuvent nous faire basculer complètement à l’opposé de la personne que l’on croyait être. On constate également que la vie que nous menons, la personne que l'on est devenue, dépendent énormément des circonstances de nos vies, du lieu où l'on est né. C'est une réflexion que l'on se fait trop peu souvent.


Michel Jean a un réel talent pour créer et entretenir un climat de tension. Construit tel un suspense, le roman tient le lecteur captivé jusqu’à la fin, malgré certains légers ralentissements du rythme. J’ai d’ailleurs raté plusieurs heures de sommeil parce que je ne pouvais m’arracher à ma lecture. De plus, les descriptions, tant des situations historiques et politiques du pays, que des personnages et paysages qui s'y retrouvent, nous empoignent. Hormis pour quelques petites répétitions, notamment dans le portrait de la femme de Jean-Nicolas, l'écriture de Michel Jean est limpide, précise et soignée.  L'auteur crée de sublimes images et ambiances qui nous donnent l’impression d’y être.

Je vous le recommande pour l’évasion qu’il procure, pour le suspense qui tient en haleine ainsi que pour la plume de Michel Jean, qui est particulièrement agréable.

Un monde mort comme la lune, paru en 2009, est le premier roman de Michel Jean, qui fût suivi par Une vie à aimer, publié en 2010. Il offrira un troisième roman à ses lecteurs au printemps 2012. Il a également publié Envoyé spécial, un récit, en 2008.

Mon appréciation : ***1/2 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire