jeudi 5 janvier 2012

Montréal 2040 : Dépravation, violence et voyages spatiaux


Élise
Premier tome de la série Élise
Michel Vézina
Coups de tête
91 pages

2007
978-2-923603-00-1   



Dans un monde où les voyages sur la Lune et sur des bases spatiales sont fréquents, où Montréal est en perdition, séparée en zones requérant un permis pour être en mesure d’y accéder, Élise et Jappy évoluent tant bien que mal. Élise est en cavale et Jappy est prêt à tout pour l’aider. C’est la combinaison parfaite pour une histoire qui tournera mal.

C’est un récit court, mais non moins intense. C’est glauque à souhait, trash, violent. Le crime et la dépravation sont choses courantes, voire un mode de vie très répandu. L’écriture de Michel Vézina est très urbaine, à l’image des titres publiés aux Éditions Coups de tête, dont il est le fondateur et directeur littéraire. Par contre, j’ai parfois eu l’impression que l’histoire était incomplète,   comme si j’étais devant une personne vivante, mais que je n’en voyais que le squelette et quelques muscles et organes. Même si j’imagine que ça fait partie du style, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur la relation entre Jappy et Élise. Bien sûr, on sent un amour fou de Jappy pour sa belle. Cependant, le récit se centre sur les faits. On saisit moins bien l’interaction entre les deux.

Somme toute, c’est un livre qui est tout indiqué pour le lectorat ciblé par les éditions Coups de tête, soit les jeunes. Ça se lit rapidement, il y a de l’action, des allusions à la vie en marge des normes sociales, etc. J’ai bien aimé et j’ai bien hâte de voir comment ce squelette se complètera dans les autres titres de la série.

Mon appréciation : ***




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire