lundi 9 janvier 2012

Malphas 1. Le cas des casiers carnassiers

Malphas
1. Le cas des casiers carnassiers
Patrick Senécal
Alire
337 pages
2011
ISBN  Papier : 978-2-89615-076-2
ISBN pdf 
 : 978-2-89615-481-4
IBSN Epub : 
978-2-89615-761-7


Après avoir commis une grosse bêtise à son emploi précédent, le seul cégep qui a accepté d’embaucher Julien Sarkozy, c’est le Cégep Malphas à Saint-Trailoin, un petit patelin isolé. Sarkozy s’attend à y trouver le calme nécessaire pour rétablir un rythme de vie équilibré et posé, après un divorce et diverses mésaventures. Il constatera rapidement que cette ville en apparence tranquille (où il n’y a même pas internet haute vitesse) n’est pas si paisible que cela. Qu’il s’agisse de la faune qui y évolue au collège ou des habitants de la ville. Dès sa première journée, un incident survient : le cadavre déchiqueté d’un étudiant surgit d’un casier. Sarkozy, auteur de deux polars  humoristiques,  plongera dans une enquête pour résoudre de mystérieux et macabres évènements se déroulant à Malphas.

Le ton du livre est différent des précédents écrits de l’auteur. Celui-ci est empli de sarcasme et d’humour caustique. Les personnages sont caricaturaux, mais juste assez pour que l’on se bidonne. Julien  Sarkozy est cynique et arrogant, il dit ce que l’on aimerait dire, mais que l’on n’ose pas toujours. Malgré cela, il demeure sympathique, particulièrement pour ses réflexions et ses répliques qui nous font rire. On adore ce type absolument imparfait. Il a la bonne dose de mordant et d’humour.

L’écriture coule, de façon générale, hormis pour un moment où l’on sent une longueur, notamment lorsque Julien et Simon Gracq mènent leur enquête. L’expression exagérée de Gracq, qui à la longue devient un peu lassante et ralentit la lecture, rend la compréhension parfois difficile et nuit au rythme du récit. Cependant, quand il apparaît plus sporadiquement, on sourit. Somme toute, c’est un excellent divertissement qui allie humour, suspense, fantastique et, bien sûr, une bonne dose d’horreur. Vivement la suite!

Mon appréciation : *** ½ 


2 commentaires:

  1. Nan mais le personnage s'appelle vraiment comme ça !? Je ne pourrais jamais lire ce roman puisque dans un cas pareil, je ne pourrais pas m'extirper de la réalité. Rhalala quelle idée ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, au début ça me rebutait, mais faut vraiment lire... il s'en moque un peu! Ça fait partie de l'humour du livre, d'ailleurs ;-)

    RépondreSupprimer