vendredi 6 janvier 2012

La littérature québécoise plus populaire qu'on ne le croit?


Voici les résultats du sondage «Lisez-vous des auteurs québécois» Roulement de tambour s’il vous plait! 


Oui
  57 (95 %)

Non
  3 (5 %)

Nombre de votes : 60



Pourquoi alors avons-nous l’impression que les lecteurs boudent les livres québécois? Peut-être que la proportion des répondants provenant du Québec est plus grande. Il est aussi probable que ceux qui lisent des oeuvres québécoises étaient plus enclins à voter.

Bien sûr, ces chiffres sont loin d’être scientifiques et les sondages auxquels je procède ont pour objet de prendre le pouls des gens qui fréquentent le blogue et des abonnés Facebook et Twitter. Cependant, je suis très surprise des résultats. Je m’attendais à un pourcentage beaucoup plus bas. Lors de mes discussions portant sur la littérature, je constate que certaines personnes ne lisent pas les auteurs québécois. Et contrairement à la France où la population est francophone ou aux autres provinces canadiennes qui sont presque en totalité anglophones, il faut savoir que le marché de la littérature francophone au Québec s’adresse à environ 80 % de la population. Donc on doit diviser les acheteurs potentiels. Ajoutons à cela qu’un adulte québécois sur cinq est analphabète. Selon ce survol, avouons que ces réponses sont assez étonnantes, non?!

Également, on publie une énorme quantité de bouquins. Le peu de lecteurs est partagé entre plusieurs œuvres, ce qui fait que le nombre de leurs ventes n’est peut-être pas toujours très élevé. Par contre, on semble lire localement, pour emprunter l’expression bien à la mode basée sur un principe très sensé de consommation responsable dans un contexte où la mondialisation des marchés menace les emplois de la province. Bref!

Vous avez sûrement remarqué que la majorité des livres que je chronique proviennent d’auteurs québécois. Il m’apparaît important de mettre en valeur les écrivains du Québec, de leur offrir une vitrine. Parce que de ce côté-là, il est aisé de constater qu’ils en ont un tantinet moins que leurs confrères français, notamment. Alors, continuez de me suivre pour découvrir de nouveaux écrivains québécois!


6 commentaires:

  1. Je suis toujours surprise d'entendre dire que les gens ne lisent pas québécois. Je travaille dans une bibliothèque publique, et je prête à tous les jours beaucoup de Michel David, Louise Tremblay-d'Essiambre, Chrystine Brouillet, Anne Robillard, etc.
    Et les jeunes, ils lisent beaucoup de littérature jeunesse québécoise. Je n'ai pas de statistiques, mais je crois qu'on pourrait être surpris.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une bonne nouvelle! Cela contrebalance ce qu'on lit ou entend un peu partout.
    Merci de partager cette information! :-)

    Pou compléter le billet et fournir de potentielles pistes de réponses :
    http://www.cyberpresse.ca/le-quotidien/arts-spectacles/201112/29/01-4481595-linteret-grandit-pour-les-auteurs-dici.php

    Merci Michel Jean pour ce lien! :-)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis en train de lire "L'homme est un mâle comme les autres" de Pierre Cing-Mars, auteur Quebecois ! Je recommande ce recueil de nouvelles. J'y aime, le style, le langage et les thèmes, vie à deux, sexualité et le temps qui passe. Touchant et drôle. Est-ce que c'est sur ta liste ? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je ne connaissais pas, mais je vais l'ajouter sur ma liste, merci!! Je suis toujours intéressée par la perspective masculine des relations homme-femme. ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que les gens lisent de plus en plus québécois, peut-être parce que la littérature québécoise a enfin atteint une certaine maturité, mais aussi parce qu'elle me semble d'une belle multiplicité dans son offre. On peut maintenant y trouver de tout, des textes très denses à la chick lit, des nouveaux auteurs à ceux au statut confirmé, dans tous les registres.

    RépondreSupprimer
  6. Je suis bien d'accord. Et cela a pour effet de dissiper une certaine réticence que certains pouvaient avoir.

    RépondreSupprimer