vendredi 30 septembre 2011

jeudi 29 septembre 2011

Mon coup de coeur de l'automne à ce jour : La tendresse attendra

La tendresse attendra

Matthieu Simard

Stanké

208 pages

Septembre 2011

ISBN : 978-2-7604-1095-4



Matthieu Simard a déjà dix-sept romans à son actif, dont les treize tomes de la série Pavel en littérature jeunesse.

D’entrée de jeu, je vous le dis, j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre et son auteur. Il est rédigé avec une intelligence, une finesse et une sensibilité peu communes.

Dans son plus récent ouvrage, un écrivain en peine d’amour décide de ne plus écrire pour reconquérir celle qu’il aime qui, entre autres, en avait marre qu’il pratique cette profession. Il se met en tête de devenir plombier pour lui prouver qu’il peut changer. Pourquoi ce métier? Parce que c’est justement quelque chose qui ne lui ressemble en rien, que ça n’a aucun lien avec l’écriture.

C’est l’histoire de la déchirure profonde causée par le départ de l’autre. Avec une sensibilité et un humour, parfois noir, Matthieu Simard explore la souffrance, la solitude et l’insécurité des êtres qui les poussent à chercher, dans le regard d’autrui, une confirmation de son importance.

Le personnage de l’écrivain est immensément juste dans toute la complexité de ses sentiments et dans sa quête aveuglée pour retrouver sa compagne et de former à nouveau un couple, pour s’engueuler encore avec celle qu’il aime. Et ce, malgré la constatation à postériori de la distance qui s’est créée, de l’amour qui s’est progressivement éteint dans le cœur de sa douce.

La plume de Matthieu Simard est d’une fluidité et d’un naturel admirables. Certains passages sont criants de souffrance, d’autres sont tout à fait rigolos, notamment celui où il participe pour la dernière fois à un salon du livre. Il y a également des titres de chapitres tout à fait bidonnants comme « Le colonel Mustard avec un wrench, dans ta face ».

On rit, on s’émeut, on est étonné voire épaté,bref on passe un excellent moment. Aucune lourdeur, aucune longueur. Chapeau bas à Matthieu Simard pour ce livre qui m’a charmé à chaque ligne!

Mon appréciation : *****



mercredi 28 septembre 2011

Lancement de « La tendresse attendra » de Matthieu Simard

Hier soir, j'ai eu le plaisir d'assister au lancement du livre « La tendresse attendra » de Matthieu Simard, publié chez Stanké. Comme à l'habitude, cet événement du Groupe Librex était parfaitement organisé. Il y avait foule et le choix de La Succursale - Brasserie artisanale était tout indiqué pour cette chaude soirée d'automne. De très nombreux auteurs étaient présents, notamment, Stéphane Dompierre, India Desjardins, Claudia Rainville, Caroline Allard, Michel Jean et j'en passe.

Bref, ce fut une magnifique soirée ponctuée d'agréables rencontres. Matthieu Simard est charmant et quant à son livre, que j'ai commencé à lire dimanche, je vous dirai ça demain.





Avec Matthieu Simard...



L'auteur en train de dessiner un coeur...



La foule bourdonnante




vendredi 23 septembre 2011

Sexualité : Exit les complexes !

Pour en finir avec le sexe

Iris

Caroline Allard

Septentrion

92 pages

Illustré

Septembre 2011

ISBN papier : 978-2-8944-8677-1

ISBN PDF : 978-2-8966-4646-3

http://www.septentrion.qc.ca/catalogue/livre.asp?id=3408


Je me suis procuré la version numérique de « Pour en finir avec le sexe ». Je l’avoue, je suis une adepte des livres papier. Cependant, cette fois-ci c’est le premier bouquin numérique que je lis complètement sur ce type de support. Il a un format parfait, avec ses 92 pages, pour mon immersion dans ma première expérience sérieuse.

Caroline Allard, auteure des deux tomes de « Chronique d’une mère indigne » signe maintenant cet ouvrage humoristique sur le sexe. C’est marrant par endroits, mais pas tout le temps, certaines blagues tombent à plat. Je suis un peu déçue, je m’attendais à rire plus que ça. Toutefois, l’objectif de dédramatiser la sexualité et de se moquer de la pression que l’on peut vivre quant à celle-ci est, de façon générale, atteint.

On y aborde les préliminaires, les relations sexuelles, les fantasmes, l’érotisme, les parties intimes, les infections transmises sexuellement, et j’en passe. Le tout est tourné en dérision question de se rendre compte qu’on prend la performance sexuelle peut-être trop au sérieux et qu’on gagnerait à en rire un peu. Ça permet également de normaliser certaines choses et de transmettre des messages en douce. Parfait pour ceux qui n'ose poser des questions ou faire des recherches sur Internet.

Bref, c’est un livre divertissant qui peut se consommer à petites doses. Il est tout indiqué comme lecture de chevet. Un bel antidote aux complexes et à l’anxiété de performance.

Mon appréciation : ***


jeudi 22 septembre 2011

La guigne!

La vie épicée de Charlotte Lavigne, tome 1

Piment de Cayenne et pouding chômeur

Nathalie Roy

Libre Expression

384 pages

Septembre 2011

ISBN : 978-2-7648-0591-6

http://www.edlibreexpression.com/Vie-epicee-Charlotte-Lavigne-tome-1/Nathalie-Roy/livre/9782764805916

La recherchiste télé Charlotte Lavigne pourrait très bien s’appeler Charlotte La Guigne, expression française qui signifie malchance. Éternelle gaffeuse, elle se trouve dans diverses situations plus loufoques les unes que les autres. Avide d’amour et de perfection, elle dépense de folles sommes pour des trucs rares, recherchés afin d’épater la galerie. Comme cette dinde importée de Normandie. Non, mais, qui importe une dinde pour un repas? C’est un beau clin d’œil à la société de consommation et la quête de statut par la possession et les performances impeccables. Mais le problème, c’est que celles de Charlotte ne le sont pas toujours. Au travail, cela se passe plutôt bien et elle pourrait très bien atteindre son objectif de devenir animatrice télé. C’est dans le reste de sa vie que ça craint un peu…

Pour épater la galerie, Charlotte, qui adore cuisiner, n’hésite pas à tenter de relever des défis pratiquement impossibles. Elle en fait plus que le client en demande et se plante presque à tous coups. On se bidonne des malheurs prévisibles de Charlotte. On se dit, ben voyons! Pourquoi fait-elle ça!? Et on en rit lorsque cela arrive. Elle est d’une naïveté, par moment!

Les personnages sont un peu typés notamment Roxane, l’animatrice télé qui se prend pour une diva et Ugo le meilleur ami homosexuel que toute fille doit avoir, en tout cas selon un nombre impressionnant d’ouvrages de chick lit (je ne suis tellement pas branchée, je n’ai pas un pareil accessoire). Quoi qu’il en soit, ils conviennent tout à fait au ton du livre. Il y a également Aïcha la belle Tunisienne et meilleure amie, et Maximilien l’irrésistible diplomate français et chum parfait… ou presque. Et que penser de Charlotte, attachante par sa naïveté et son côté fleur bleue, souvent hilarante dans sa paranoïa et ses traits obsessifs-compulsifs, ou encore énervante en raison de sa tendance à être envahissante et excessive. On dirait une vraie caricature! Mais, on connaît tous une Charlotte, n’est-ce pas?

Le roman est tout ce qu’on attend d’un bouquin du genre. Le ton est vif et tout en humour. Les personnages sont charmants, réalistes, bien construits. Le rythme est approprié et constant. À peine une petite longueur (si peu). Les anecdotes sont savoureuses et on s’amuse follement toute la lecture durant.

C’est un livre frais, divertissant qui saura plaire à toutes les amatrices de chick lit. Vivement le deuxième tome.

Mon appréciation : ****


mercredi 21 septembre 2011

Lancement de «ONZE» de Annie Dulong

Annie Dulong lisant un passage de «ONZE», son nouveau roman publié chez l'Hexagone.



Le lancement de «ONZE» s'est tenu à la librairie Le port de tête, un endroit simplement charmant. Avait également lieu le lancement du nouveau numéro de la revue Moebius qui s'intitule «Réinventer le 11 septembre». Annie Dulong a co-polité le numéro 130 de la revue québécoise avec Alice van der Klei.

Un moment agréable où j'ai enfin pu rencontrer Christian Liboiron, collègue blogueur, notamment.Ce fut un plaisir!



lundi 19 septembre 2011

Dans ma boîte aux lettres ce lundi


Le projet Bleiberg de David S. Khara, La tendresse attendra de Matthieu Simard,La vie épicée de Charlotte Lavigne Tome 1 de Nathalie Roy



Une belle surprise m'attendais dans ma boîte aux lettres à mon retour d'une dure journée. Ça remonte le moral! Je m'y attaque tout de suite et vous donne des nouvelles bientôt!


dimanche 18 septembre 2011

Excellent polar québécois


À deux pas de chez elle - La première enquête de Chloé Perreault
François Gravel
Québec Amérique
Septembre 2011
336 pages
ISBN : 978-2-7644-1294-7
Tout un défi attend Chloé Perreault, jeune policière de la Sureté du Québec, alors qu’elle se voit confier sa toute première enquête. Il s’agit du meurtre d’une femme de 20 ans Marie-Thérèse Laganière, portée disparue 33 ans plus tôt. Son cadavre a été fortuitement découvert lorsqu’un arbre s’est brisé en deux. Le travail ne s’annonce pas facile, puisque tant d’années se sont écoulées. Plusieurs personnes sont décédées, les souvenirs se sont émoussés, bref, c’est une mission presque impossible!
L’écriture de François Gravel est fluide, agréable. Tous les rouages de l’intrigue sont bien huilés et l’on suit le récit avec une attention soutenue du début à la fin. Il n’y a aucune longueur qui pourrait ralentir le rythme ou l’intérêt. La typographie change selon qu’il s’agisse de narration, de rapport manuscrit ou dactylographié. Détail particulièrement plaisant pour les visuels, pour tous, il permet encore plus de s’ancrer dans l’histoire.
Notons également que Gravel lie adroitement les réflexions de Chloé quant à sa propre vie avec celles de Marie-Thérèse. Les anecdotes ne concernant pas directement l’intrigue principale sont d’une juste longueur. On entre dans l’univers de Chloé, sans nous faire perdre le fil, tout comme elles ajoutent à l’histoire.
De plus, tous les personnages sont bien construits et définis au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture. La personnalité de Marie-Thérèse, élément clé de la trame du livre, est génialement complexe. L’auteur la décrit avec tant de réalisme et de perfection. Ce faisant, on cherche à connaître la jeune fille et comprendre ce qui lui est arrivé. De même, on devient Chloé Perreault dans sa quête de réponse. On se voit bien travailler avec les policiers plus expérimentés et tirer parti de leur sagesse.
En somme, tout m’a plu, la structure, l’écriture, les personnages, l’histoire accrocheuse, etc. C’est un polar québécois très réussi.
Mon appréciation : **** ½