mercredi 31 août 2011

Lancement d'Ivresse de Catherine McKenzie

Catherine McKenzie, Bouquineuse boulimique, Nadia Lakhdari King



Quelle belle soirée passée au lancement du livre de Catherine McKenzie à la Baldwin Barmacie. Ce fut un plaisir de rencontrer toute l'équipe des Éditions Goélette. Merci à tous pour ce beau moment.

J'ai bien hâte de continuer ma lecture, qui après quelques pages déjà, me semble fort intéressante.





mardi 30 août 2011

De la nécessité d'être présent dans le monde

Envoyé spécial

Michel Jean

10 sur 10

264 pages

Août 2011

ISBN : 978-2-92366-285-5

http://www.edstanke.com/Envoye-special/Michel-Jean/livre/9782923662855


À travers le récit de ses missions, Michel Jean démystifie complètement le métier d’envoyé spécial. Métier bien particulier, car il diffère de celui d’un journaliste à l’étranger notamment en ceci : comme il est dépêché à l’étranger de façon ponctuelle, il n’a donc pas la possibilité de se familiariser avec le pays où il doit travailler et sa culture. Il est celui qui arrive à brule-pourpoint au cœur de la crise, et qui doit transmettre une information claire, précise, de dernière heure, tout en préservant sa sécurité et celle de son équipe.

Michel Jean mène le lecteur à travers ses vifs souvenirs. Il le transporte du Québec, lors de la tragédie des Éboulements, alors qu’il fut le premier journaliste sur place, aux Gonaïves, à Haïti, après qu’elles furent dévastées par trois ouragans en quelques semaines. Il passe également par le Liban et l’Irak, avant et après le départ de Saddam Hussein.

Le livre a été rédigé sous forme de chroniques et certains chapitres ont surement été intervertis par rapport à l’ordre de leur rédaction, ce qui donne lieu à deux ou trois répétitions d’informations et une explication de la teneur du mandat de l’envoyé spécial à la page 127. Mais, somme toute, c’est tout ce que l’on peut reprocher à Envoyé spécial. Michel Jean a une écriture plus qu’agréable, elle est limpide, précise et également poétique. Il a une facilité à transmettre l’émotion et à dépeindre des images sublimes. J’adore la manière dont il décrit les contrastes entre un lieu ou une personne et un évènement. Il le fait avec d’une telle façon que l’on se demande parfois comment est-il possible que la laideur d’un drame puisse coexister avec la beauté. Mais on ne peut nier l’évidence. Et, au-delà de nous renseigner sur les dessous du journalisme en situation de crise, le récit amène le lecteur à prendre conscience que de cette dualité. Que ce soit dans la somptuosité du paysage des Éboulements et l’horreur des corps disposés sur le sol, ou dans l’époustouflant charme et la candeur d’une jeune prostituée thaïlandaise toujours présente malgré son affreuse réalité.

En fin de récit, il y va d’un brillant hommage aux gens qui se dévouent lors des crises humanitaires, des guerres et des catastrophes naturelles. Ceux qui ne se sont pas posé la question à savoir si l’on doit aider les gens éprouvés des autres pays et qui ont répondu « présent! » aux appels à l’aide.

En somme, ce livre est parfois déchirant de vérité, mais il est surtout inspirant. À faire vibrer la fibre humanitaire en chacun de nous.

Mon appréciation : ***1/2


dimanche 28 août 2011

Petit guide du parler québécois : un incontournable !

Petit guide du parler québécois –

3e édition revue et augmentée

Mario Bélanger

10 sur 10

288 pages

Août 2011

ISBN : 978-2-923662-87-9

http://www.edstanke.com/Petit-guide-parler-quebecois/Mario-Belanger/livre/9782923662879


La troisième édition revue et augmentée du lexique des mots et expressions québécois est maintenant disponible. Cet ouvrage contient tout ce que l’on doit savoir pour bien comprendre la langue parlée au Québec. Cette belle langue toute en image, faite d’un savant mélange de néologismes, d’archaïsmes et de mots ou expressions empruntés à la langue anglaise.

D’achaler à zigonner en passant par gosser, gnochon, pitoune, tiguidou ; le guide est vraiment complet et bien conçu. On y retrouve le sens du mot ainsi qu’un exemple de son utilisation courante ainsi que son équivalence en français international. Lorsque nécessaire on peut en découvrir l’origine et la prononciation.

En annexe on retrouve les témoignages de Français et Africains sur leur expérience du français au Québec, des explications sur les origines de la langue québécoise, sur sa prononciation, ses tournures de phrase, ses jurons et sur l’usage du masculin et féminin, parfois intervertis. De nombreuses références sont également fournies pour ceux qui voudraient pousser plus loin leurs recherches sur cette langue si riche et vivante.

Son format poche est très convivial puisqu’il en fait un document de référence qui se transporte facilement. À offrir largement !


mardi 23 août 2011

Roman-réalité : divertissant et surprenant

Roman-Réalité

Dominic Bellavance

Coups de tête

312 pages

23 août 2011

ISBN : 978-2-923603-91-9

http://www.dominicbellavance.com

Dominic Bellavance, ça vous dit quelque chose? En tout cas moi je l'avoue, je ne l'avais pas lu avant. Cependant, vous pouvez être sûrs que je vais me mettre à la recherche de ses six autres romans.

Il met ici en scène quatre étudiants en littérature qui ont été sélectionnés pour participer à une aventure nouveau genre. Un roman-réalité. Les participants sont isolés dans un chalet de Charlevoix et ont pour mission principale de rédiger leur aventure chaque jour et de numériser leurs textes afin de les transmettre…, ils ne savent à qui. Ces écrits seront ensuite colligés dans un roman devant être publié.

Bien sûr, des caméras sont disséminées un peu partout dans le but de capter ce qui se passe au chalet. Julien Ponton, professeur de littérature qui n’a jamais été publié, les observe et commente leurs mésaventures. Car, ils en auront de toutes sortes, question de dynamiser l’expérience et d’alimenter leurs écrits. Évidemment, ce seront des défis comme seuls les médium-réalités peuvent nous offrir.

On dévore le livre d’une traite. Son rythme est dynamique et le sujet d’actualité. La structure du récit contribue également au mouvement du livre. On passe des textes de Julien Ponton aux textes des participants et parfois même aux échanges courriel entre Julien Ponton et l’organisateur, Christian Barré. Comme un téléspectateur devant la téléréalité, on est entraîné dans les rapports entre les participants et on veut toujours savoir ce qui se passera ensuite. Eh oui! Soyons honnête, on a tous un petit côté voyeur. Il est, ici, amplement satisfait.

L’écriture de Bellavance se lit bien et rapidement. Les pages se tournent d’elles-mêmes. On est curieux de jusqu’où chacun est prêt à aller pour mettre la main sur le magot de 10 000 $. Ce prix peut sembler dérisoire, mais pour ces quatre étudiants il en est toute autre chose. Par ailleurs, la modestie de la somme à gagner porte à réfléchir sur ce que les gens sont prêts à faire pour peu de choses. Quoi que le fait d’être publié, c’est un privilège qui n’a pas de prix. ;-)

Hormis tout cela, il y a la fin. Simplement génialissime! Elle m’a carrément soufflée!

N’hésitez pas à vous plonger dans ce Roman-réalité. Vous n’allez pas le regretter. En librairie dès aujourd’hui !

Mon appréciation : **** 1/2


dimanche 21 août 2011

Achats dominicaux


Un été sans les hommes de Siri Hustvedt, chez Actes Sud
Morte la bête de Lotte et Soren Hammer, chez Actes Sud



La sagesse devant mes achats compulsifs de livres est toujours bien présente. Mais, la rentrée démarre seulement... Hum... vais-je tenir? Les paris sont ouverts!



jeudi 18 août 2011

Amours impossibles

Une épine dans le coeur

Liz Curtis Higgs

Éditions AdA

712 pages

2011

ISBN : 978-2-89667-240-0

http://wwww.ada-inc.com/une-epine-dans-le-coeur.html

L’auteure s’est inspirée de l’histoire de Jacob et Esaü, Léa et Rachel de la Génèse 25 et 27-29 pour bâtir son roman dont elle a transportée le déroulement au cœur de l’Écosse de 1788. Après de longues recherches sur cette dernière, elle a entrepris l’écriture d’Une épine dans le cœur, cette saga dont 3 autres tomes sont déjà rédigés.

Elle reprend donc les personnages bibliques sous les traits de Evan et Jamie McKie et de Leana et Rose McBride. Les deux jumeaux se disputent l’héritage du domaine familial tandis que les sœurs, également les cousines des McKie, se disputeront l’amour d’un homme.

Jamie, suivant les plans malicieux de sa mère Rowena dont il est clairement le préféré, dupa son père afin de subtiliser le droit d’ainesse d’Evan, son frère jumeau ayant vu le jour en premier. Lorsque leurs machinations furent découvertes, Alec McKie, le père, exigea de Jamie qu’il se rende à Auchengray pour y choisir qui d’entre Leana et Rose deviendra son épouse et la mère de son héritier. De son côté Evan, furieux, menace de tuer son frère pour se venger de cette trahison. Jamie fuit donc à Auchengray afin de décider laquelle prendre pour épouse et ainsi assurer son statut de laird de Glentrool.

Une fois arrivé à Auchengray, il tombe immédiatement sous le charme de la cadette, Rose, qui a 15 ans mais qui n’est pas du tout prête à se marier. Leana, par contre, à 20 ans est prête à le faire et est promise à un horrible et rustre laird, Fergus McDougal, qu’elle redoute d’épouser. Dès qu’elle voit son cousin, elle en devient amoureuse. Son cœur est brisé à l’idée de ne jamais pouvoir être l’épouse de Jamie. Pour sa part, Lachlan, l’oncle au cœur de pierre, se révèlera un obstacle au désir de son neveu de se marier et rentrer rapidement à Glentrool. Il assistera, non sans parti pris, au triangle amoureux entre les deux sœurs et leur cousin. Qui entre l’impétueuse Rose et la sage et réservée Leana le séduisant et sympathique Jaimie épousera-t-il ?

Liz Curtis Higgs a certainement le don de construire de merveilleuses histoires romanesques riches en descriptions. Elle explore la puissance des liens filiaux, mais aussi la fragilité de ceux-ci lorsque soumis à l’avidité de l’un des membres de la fratrie. Elle raconte habilement la quête d’amour de Rose, Jamie et Leana et les trahisons qu’ils subissent ou font subir aux autres. Fidèle aux thèmes qu’elle affectionne, elle amène ses personnages à se réfugier dans l’amour de Dieu, afin de panser leurs profondes blessures ainsi que pour trouver le chemin de la rédemption.

Malgré la qualité de l’écriture, certains évènements sont prévisibles et l’on éprouve quelques sentiments de longueur. En contrepartie, le point fort du livre se situe dans l’exploration en profondeur de l’univers intérieur des personnages. On en vient à les connaitre comme si on était là, parmi eux. Même mieux, comme si l’on était eux. Le lecteur ressent par procuration tous leurs dilemmes, tout en subtilités, de même que la souffrance des personnages dans toute leur profondeur. Il ressent de la sympathie pour eux et s’insurge lorsqu’ils sont floués. Les sentiments sont tangibles et la passion transperce les pages.

C’est une histoire résolument émouvante qui satisfera les passionnés d’histoires romantiques. Si cela est votre cas, voici un livre pour vous. Le troisième tome sera disponible cet automne.

Mon appréciation : ***