samedi 10 septembre 2011

Qui a dit que les bonnes filles gagnaient à tout coup?


Les bonnes filles plantent des fleurs au printemps

Claudia Larochelle

Leméac

122 pages

Août 2011

ISBN :9782760933408





Claudia Larochelle a une plume que j’adore. Directe, précise, sans compromis. Elle exprime des choses difficiles sans sentir le besoin de faire rire pour que ça passe. Elle les dit intelligemment, lucidement, honnêtement, sans exagération ni minimisation. Tout est dosé, juste, vrai.

Dans son premier recueil de nouvelles, elle aborde un sujet qui touche toutes les femmes : le mythe de la bonne fille. Celui-ci a été inculqué à toutes les fillettes et les mène inévitablement à un vide intérieur. Elles ont beau savoir que la perfection n’existe pas, mais la quête de celle-ci demeure obsessive, quoique bien souvent inconsciente.

Quel que soit leur âge, les femmes cherchent à être parfaites que ce soit dans leur rôle de fille, de mère, de conjointe, d'amante, de professionnelle, etc. Les personnages que Claudia Larochelle présente sont tellement vrais qu'il est impossible de faire la lecture des 13 nouvelles sans y trouver une parcelle de soi-même. Que ce soit dans ce besoin d'être irréprochable, dans la soif d'amour et de reconnaissance qui pousse l'une à consommer le sexe pour étouffer sa détresse, l'autre à avoir la frousse d'être mère, ou dans le désir irrépressible de cette dernière d'accueillir en sont sein réticent un enfant. On se voit également dans l'adolescente éperdue d'amour pour son premier copain, dans celle qui a été laissée et qui ne s'en remet pas, dans l'amoureuse obsessive ou encore dans la mère qui se sent complètement dépassée et incompétente.

À la lecture, on constate que plusieurs des femmes décrites ont des points communs, des traits de ressemblance. Ces recoupements des caractéristiques de leur vie, de leur personnalité soulignent un élément clé : elles sont toutes les femmes à la fois. Malgré le fait que ça ne règle pas notre problème, on se trouve moins seule à vivre ce vide à combler. C’est déjà ça!Par ailleurs, ne croyez pas que tout est noir. On y trouve également l'espoir de réussir à s'affranchir de cette pulsion dans quelques-unes de ces courtes mais superbes nouvelles. Il faut être attentif, mais il y est.

Un recueil profond et émouvant, qui dévoile au grand jour les histoires cachées des éternelles apprenties bonnes filles de ce monde.

Mon appréciation : **** 1/2



2 commentaires:

  1. J'avoue que je ne connais pas du tout Claudia Larochelle, mais j'ai maintenant fort envie de la découvrir, potentiellement avec ce livre ! (Par contre, je suis déjà une fille parfaite ;) !

    RépondreSupprimer