mardi 3 mai 2011

Chick Lit 1 - La consoeurie qui boit le champagne


Chick Lit 1 — La consoeurie qui boit le champagne


Amélie Dubois


Les Éditeurs Réunis


367 pages



Détentrice d’un baccalauréat en psychologie et d’une maitrise en criminologie, Amélie Dubois signe son premier roman, Chick Lit — La consoeurie qui boit le champagne. Ce titre, il le porte bien, puisqu’elle y raconte l’histoire de quatre amies qui cumulent les insatisfactions affectives. Lassées d’être malheureuses en couples, les quasi trentenaires contractent un pacte de célibat pour les six prochains mois. Mais attention, les relations avec le sexe opposé ne sont pas proscrites, elles sont en fait prescrites ! Avec plusieurs hommes ! Mais elles se doivent d’être occasionnelles. Aucune des membres du quatuor ne peut entretenir une relation de couple. Telle est une des règles de la Consoeurie qui boit le champagne. Ce pacte, ayant pour objectif de les aider à déterminer ce qu’elles recherchent vraiment dans les relations de couple, les fera passer par toute une gamme d’expériences et d’émotions.


L’écriture d’Amélie Dubois est très simple, peut-être parfois un peu trop. À l’occasion, la plume de l’auteur semble un peu moins naturelle. Également, elle a tendance à nous introduire ce qu’elle va faire. C’est une erreur commune de l’auteur débutant, tout comme de procéder aux présentations des personnages en faisant la liste de ce qu’il aime ou n’aime pas. La procédure est parfois rigolote, devenant comme un clin d’oeil.

Ceci dit, les principaux accros s’estompent au fur et à mesure que l’histoire avance. Ce qui laisse croire que lorsque le style sera muri, la plume d’Amélie Dubois sera plus solide, plus fluide et son histoire plus resserrée.


L’aspect le plus intéressant de ce livre, et ce en quoi il se démarque des autres livres de chick lit, est l’analyse psychologique des personnages et des relations. Celles-ci sont très intéressantes et ajoutent au récit. Madame tout le monde apprend donc ce qu’est le déni, la formation réactionnelle, la sublimation, le refoulement et plusieurs autres mécanismes de défense. L’analyse que Mali, le personnage principal, fait d’elle-même et de ses réactions en regard à ses relations sont également d’un certain intérêt, puisque plusieurs femmes s’y retrouveront.


Bien qu’il ne réinvente pas le style, malgré les analogies plutôt originales avec la chasse, Chick Lit 1 réussit à divertir. Je me suis surprise à tourner les pages et à lire sans me demander combien de pages il me reste à lire. Ce qui est assez rare ces derniers temps. J’ai bien hâte de lire le tome 2, déjà en magasin, et le 3 qui devrait être publié dans les prochains mois.


Mon appréciation : ***



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire