mardi 1 mars 2011

Polynie : dépaysement complet!

Polynie

Mélanie Vincelette

Éditions Robert Laffont

210 pages



L'histoire du deuxième roman de Mélanie Vincelette, fondatrice et directrice de la maison d'édition Marchand de feuilles, est campée dans le Grand Nord. Rosaire Nicolet, avocat en droit international, est retrouvé mort au matin dans une chambre d'hôtel par Lumi, une effeuilleuse. Ambroise, le frère de la victime, cherche à connaître l'identité du tueur. Au cours de ses recherches, il apprend que son frère était mêlé à des histoires plutôt louches et qu'il n'était peut-être pas la personne qu'il croyait.

C'est un agréable dépaysement que d'entrer dans l'univers de Polynie. Une belle recherche a été faite sur la vie au Nunavut, et plus particulièrement sur sa gastronomie. C'est un des aspects rafraîchissants de livre. L'auteur évite le piège de tomber dans les clichés et ramassis d'images folkloriques. On est sensibilisé à la guerre qui a court autour de la propriété de ces zones arctiques et à l'exploitation à laquelle est soumise la population inuit.

L'écriture de Vincelette est toute en lenteur. Elle explore de belle façon non seulement les liens fraternels, mais également tous types de liens interpersonnels. Elle pose la question suivante : « à quel point connaissons-nous vraiment ceux que nous aimons? »

L'histoire, comme elle nous est présentée d'ailleurs, comporte bien une intrigue, mais le livre n'est pas construit comme un suspense. D'ailleurs, la fin en est décevante. On a l'impression que l'auteure a donné tout ce qu'elle avait dans la majeure partie du livre, mais qu'elle laisse tout tomber dans les sept dernières pages. Le dénouement aurait pu être présenté avec plus de soin.

En finale, un roman qu'on lit pour le dépaysement qu'il procure.

Mon appréciation : ***



5 commentaires:

  1. Yé. Je vais le lire bientôt justement. Merci de cet avant-goût

    RépondreSupprimer
  2. Super! Tu me partageras tes commentaires?

    RépondreSupprimer
  3. Enchanté de découvrir un commentaire sur ce roman! Justement, je suis en train de le lire. Cette impression de lenteur me paraît agréable, de même que les questions abordées mine de rien.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai adoré ce roman sur les enjeux du Nunavut glissés dans une fiction qui recoupe toute la dynamique du territoire : histoire, politique, alimentation, richesses naturelles (or, animaux, etc.)Tout y est. Et le meilleur, c'est que l'auteur parvient à humaniser cette terre de froid à travers des personnages qui aiment sans pouvoir le dire.

    RépondreSupprimer