mercredi 16 mars 2011

Le Fils : un récit émouvant de Michel Rostain

Le Fils

Michel Rostain

Oh! Éditions

174 pages


Perdre un enfant, c’est l’innommable qui se présente. Cet événement, non seulement on ne peut pas l’imaginer, mais on ne peut pas non plus le nommer. Parce qu’il n’y a pas de nom, pas de mot pour désigner un parent qui perd son enfant. Pourtant Michel Rostain a vécu cette expérience qu’il relate généreusement dans Le Fils.

Le récit, c’est le fils qui le livre. C’est lui qui parle à son père, qui observe ses parents et raconte l’histoire de ce deuil. Il décrit l’amour infini que son père lui porte, le choc et le déni de celui-ci relativement à sa mort. Viennent ensuite les questionnements et la quête de sens cachés, de signes prémonitoires pour expliquer le drame et essayer de comprendre s’il aurait pu faire quelque chose pour le sauver. Le père scrute toutes les paroles, tous les gestes posés. Ce à quoi suivent les regrets et la culpabilité. Car tout ce qui est ausculté prend un sens différent à postériori.

Tout au long du livre, l’auteur relève la limite de certains courants de pensée forts populaires, comme dans l’extrait qui suit, fort approprié, tiré de la page 27 :

« En bon stoïcien moderne, papa croit – comme tout le monde probablement aujourd’hui – que le vrai bonheur, c’est l’instant que l’on vit. Ne rien attendre d’espoirs sur l’avenir. Ne pas se cramponner au passé, vivre purement le moment présent, le bonheur serait là.

Équation : maintenant que je suis mort, ton vrai bonheur serait donc ta douleur de l’instant présent?»

C’est un livre qui se lit bien, malgré la lourdeur du sujet. L’écriture de Rostain est belle, parfois gracieuse, parfois déchirante. On reconnaît son talent de metteur en scène, car il nous décrit tout, dans le détail des mouvements les plus petits. L’émotion est tangible, on la voit l’intérieur, mais ce n’est ni long ni lourd. Il y a des passages très touchants, comme le récit des heures précédant la mort, où l’on sent les regrets de Rostain dans le discours du fils.

Une lecture touchante que je vous recommande très chaleureusement.

Mon appréciation : ****


4 commentaires:

  1. Quel bel extrait! Un autre livre sur ma liste à lire (vivement la fin de mon trimestre)!

    RépondreSupprimer
  2. Une très belle lecture. Tellement émouvante, brillamment rédigée. Un must!

    Bonne fin de trimestre !!

    RépondreSupprimer
  3. Je suis très touchée par ton billet, et tu me donnes très envie de le lire, bien que le sujet me fasse très peur...

    RépondreSupprimer
  4. @Marie-Adélaïde : Alors, je te recommande de le lire à petites doses, mais ne passe pas à côté de ce livre. Ce serait dommage. :-)

    RépondreSupprimer