samedi 12 mars 2011

De chair et de bronze...






De chair et de bronze


Rachel Laverdure

VLB Éditeur

184 pages







Rachel Laverdure a publié plusieurs nouvelles et son précédent livre Gloriole à vendre, prix révisé, a été finaliste du Grand prix de la relève littéraire Archambault 2009. Aujourd'hui, en plus d'écrire, elle enseigne le français aux immigrants.

Une statue de bronze dans un quartier résidentiel, quatre personnages principaux. Laure, la quarantaine, propriétaire d’entreprise, célibataire. À la recherche de sensations et à la reconquête de son pouvoir, elle entame une aventure avec David, un commis de quincaillerie dans la vingtaine qui habite près de la statue.

Malorie, l’adolescente à la recherche de l’amour, qui baise avec un copain comme acte de rébellion envers sa mère et la vie modèle qu’elle lui impose. Pour elle, la statue représente George et Georgette, couple qui lui sert à inventer des histoires à son petit frère. Afin d’alléger le fardeau des exigences de sa vie, elle se confie à George en laissant des petits billets dans sa main de bronze.

Puis il y a Éric, l’ex de Laure, déménageur de son métier, philosophe de formation. Ce caméléon capable de s’adapter aux gens avec lequel il se trouve est en relation avec la plantureuse Helena, qui sait attiser son désir. Dans le cadre de son emploi, il déménagera la statue en face de chez Nadège. Celle-ci, la soixantaine, est prise dans une relation où l’amour et le désir ne sont plus réciproques. Cela ne veut pas pour autant dire qu’ils ne peuvent plus exister.

Les vies des personnages s’entrecroisent autour de lastatue représentant un couple âgé. Chaque personnage élabore son propre scénario autour de ce couple. Malgré leurs différences évidentes, les histoires ont toutes en commun la tendresse imprégnant le couple âgé. La sculpture n’est qu’un prétexte pour passer d’un personnage à l’autre et raconter la façon ils vivent et assouvissent un désir sexuel.

Rachel Laverdure profite pour nous passer plusieurs messages. Grosso modo, elle nous appelle à laisser de côté les préjugés, à nous ouvrir aux autres. Après tout, nous sommes tous humains.

L'auteur a structuré son roman presque comme des nouvelles, en ce sens que chaque chapitre se concentre sur un personnage principal. L’écriture est simple. Les personnages sont généralement bien cernés. Néanmoins, certaines pistes auraient gagné à être explorées. Aussi, la fin est quelque peu décevante, pas assez recherchée. C’est étonnant pour une auteure qui a l’habitude de rédiger des nouvelles.

Mon appréciation : ***




2 commentaires:

  1. je viens tout juste de m'acheter, chez vlb: la chambre et les murs (drôle que ça tombe sous la thématique de l'espace!) bien hâte de les lire tous les deux.

    question: achètes-tu tous tes livres ou tu reçois des services de presse?

    RépondreSupprimer
  2. Jusqu'à vendredi j'achetais tous mes livres. Je bénéficie nouvellement de service de presse d'une seule maison d'édition. J'en ai sollicité quelques-unes car j'achète en moyenne 5 livres par semaine.

    RépondreSupprimer