mercredi 9 février 2011

Une histoire toute en rebondissements

L'Hypnotiseur de Lars Kepler

Actes Sud

510 pages


La vie d’Erik Maria Bark, un psychiatre spécialisé dans le traitement des chocs et traumas aigus, bascule alors qu’il accepte à contrecœur d’hypnotiser Josef Ek afin d'élucider un crime. Les membres de la famille d’Ek ont tous été sauvagement assassinés et Ek, grièvement blessé, a été laissé pour mort. Malheureusement pour Bark, l’utilisation de cette méthode d’interrogatoire peu orthodoxe fait la une des journaux et s’ensuivent une série d’événements qui changeront sa vie celle ses proches. S’ensuit une autre enquête qui ramène Bark dans son passé.

Lars Kepler est en fait le pseudonyme d’un couple d’auteurs, Alexandra et Alexander Ahndoril. Ceux-ci nous entraînent rapidement dans une histoire de meurtres pour ensuite nous amener vers un enlèvement. On est accroché dès le départ. On explore plusieurs pistes, qui nous mènent sur différents suspects. L’intrigue est très bien construite, le rythme est soutenu.

Bien que Lars Kepler soit tombé dans le cliché du psychiatre qui abuse de médicaments afin de composer un échec professionnel vécu 10 ans auparavant et suite auquel il avait résolu de ne plus jamais pratiquer l’hypnose, le personnage d’Erik Maria Bark est complexe et bien exploré. On ne peut pas en dire autant des autres personnages, notamment Joona Linna, l’inspecteur de la Rikskrim et Simone Bark, qui sont quelque peu incomplets. D’autre part, le personnage de Josef Ek est plutôt réussi. Sans compter les membres du groupe de thérapie, des êtres complètement déjantés. Kepler maîtrise bien les dynamiques psychiques des individus ayant vécu de graves traumatismes.

Kepler dépeint habilement la relation tendue entre Erik et sa femme. Une relation ternie par une infidélité. On sent que ce couple a du mal à communiquer, chacun se cantonnant dans ses retranchements, par peur d’être à nouveau blessé.

De façon générale, l’écriture est efficace, mais elle a quelques défauts, notamment le fait que durant les premières cinquante pages on a l’impression que Kepler s’est dépêché et ne nous raconte pas tout, que les dialogues et l’histoire sont incomplets. Pas comme on s’en attend d’un suspense, mais comme lorsque l’on est devant un travail bâclé. Heureusement, cela disparaît après pour laisser place à une écriture beaucoup plus resserrée.

Au final, une merveilleuse expérience de lecture.

Mon appréciation : ****

P.-S. Une autre enquête de l’inspecteur Joona Linna sera bientôt disponible. Avis aux intéressés!

6 commentaires:

  1. Ça fait plusieurs fois que je passe devant en librairie et que je me dis qu'il faudrait bien que je le lises. Ça me donne bien envie en tous cas! :)

    RépondreSupprimer
  2. Je vous le recommande, intrigue complexe et intéressante. Les pages se tournent d'elles-mêmes.

    RépondreSupprimer