jeudi 17 février 2011

Désespérés s'abstenir...

Désespérés s'abstenir

Annie Quintin

VLB Éditeur

261 pages


«S'il s'avérait improbable de faire connaissance avec un homme dans «la vraie vie», Internet m'avait semblé très facile d'utilisation. C'était un moyen de rencontre rapide, accessible à toute heure du jour et de la nuit. En quelques clics, je magasinais du mâle. Aucune gêne, pas de niaisage. Bing. Bang. Je te veux. En théorie, simple comme bonjour. Il me suffisait de penser en chasseuse de têtes. Dénicher des talents. Faire valoir au candidat que l'entreprise était faite pour lui, l'entreprise étant... moi. Mais l'affaire n'.tait pas si simple...

À trente ans, Clara est toujours célibataire, et même si elle semble l'assumer, lorsque ses amis, Mélo et Yan, s'inscrivent à un site de rencontre sur Internet, elle leur emboîte le pas sans enthousiasme. L'âme sœur se cacherait-elle derrière le pseudo de MORDUDETOI, LEJACKPOT, ou HÉRÉO_450?»

Annie Quintin, nous présente dans son premier roman un sujet qui semble en vogue en ce moment : la recherche de l’amour. L’auteure met en scène Clara la fille profondément blessée dont toutes les relations sont difficiles, Mélodie la fleur bleue qui cherche le prince charmant, et Yannick un homosexuel qui déteste les hommes efféminés. Le trio a de la difficulté à trouver l’amour, embourbés qu’ils sont dans leurs blessures affectives, mécanismes de défenses et rêves d'amours impossibles. Lorsque Mélodie et Yannick décident d’avoir recourt à un site de rencontre, Clara fait de même quoiqu’elle se dise bien dans son célibat. En fait, celui-ci semble moins bien assumé qu’elle le croit.

Tout au long de leur quête, on est témoin de leurs rendez-vous, par exemple avec Mercedes_Pete, un être hautement narcissique qui parle de lui à la troisième personne, ou encore avec LeJackPot, avec sa langue géographique. Ces rencontres donnent parfois lieu à des situations souvent rocambolesques, qui sont malheureusement souvent tout à fait plausibles. On se rend rapidement compte que les trois comparses sont, en fait, eux-mêmes désespérés.

La plume d’Annie Quintin est vivante. Le ton est incisif et l’humour omniprésent m’a fait m’esclaffer à plusieurs reprises. L’auteure dépeint avec tellement de justesse et une bonne dose de mordant les mésaventures des personnages. Elle réussit également à créer une intrigue et nous faire tourner les pages les unes après les autres. On veut absolument savoir ce qui attend les trois copains. Se libéreront-ils des entraves qui les empêchent de trouver l’amour?

Mon appréciation : ****



4 commentaires:

  1. Merci pour cette belle critique. Comme pour bien des personnes, la couverture m'avait interpellé à notre librairie, j'étais curieux et je le suis encore plus maintenant!

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien ce côté parfois «edgy» (désolée de l'expression anglophone) de la plume d'Annie Quintin. Elle s'apprête très bien au propos qu'elle tient. Bonne lecture!

    RépondreSupprimer
  3. ça a l'air sympa ! Dans ta façon de le peindre, ce livre me fait penser à la fiction française "Clara Sheller". Qu'en penses-tu ?

    RépondreSupprimer
  4. Pas tout à fait, mais c'est un très, très bon livre, toutefois.

    RépondreSupprimer