jeudi 13 janvier 2011

Les Anonymes, R.J. Ellory, chez Sonatine


« Washington. Quatre meurtres. Quatre modes opératoires identiques. Tout laisse à penser qu'un serial killer est à l'œuvre. Enquête presque classique pour l'inspecteur Miller. Jusqu'au moment où il découvre qu'une des victimes vivait sous une fausse identité, fabriquée de toutes pièces. Qui était-elle réellement? Ce qui semblait être une banale enquête de police prend alors une ampleur toute différente et va conduire Miller jusqu'aux secrets les mieux fardés du gouvernement américain. »

Avant tout, un premier commentaire dont la photo témoigne : la reliure a lâché après à peine 50 pages de lecture. Franchement, cela laisse à désirer pour un livre de 689 pages, au coût de plus de 35 $. Cela rend l'expérience de la lecture beaucoup moins agréable. Le livre devient alors plus difficile à manipuler et il s'abime plus facilement. Vraiment, sur ce coup-là, Sonatine... pas fort!

R.J. Ellory est l'auteur de Seul le silence et de Vendetta. Malgré le fait que je possède ces deux livres, je ne les ai pas encore lus. C'était donc la première fois que je plongeais dans l'univers de l'auteur. Un univers qui tourne généralement autour de meurtres. Dans le présent ouvrage, où Ellory ne réinvente rien, on se retrouve face à ce qui semble, au départ, un cas typique de meurtres en série. Or,lorsque certaines victimes s'avèrent avoir une fausse identité, nous basculons dans une histoire beaucoup plus complexe, aux aspects politiques.

L'intrigue principale, quoique très intéressante, a un rythme plutôt lent, qui m'a déplu par moment. J'ai trouvé qu'au-delà de prendre le temps de bien situer les intrigues secondaires, il résultait parfois en une perte d'intérêt momentanée. Cependant, comme on veut connaître le fin mot de l'histoire, on y revient toujours, quoique quelque peu agacé.

J'ai également trouvé les personnages très typés. Particulièrement le duo d'inspecteur formé de Robert Miller le célibataire endurcit, travailleur compulsif, torturé et sa contre partie, Albert Roth, marié, père, beaucoup plus posé que son comparse. Malgré qu'elles soient stéréotypées, les descriptions de chaque personnage sont étoffées et cela ajoute au corps de l'histoire.

Toutefois, chapeau bas à Ellory pour ce chassé-croisé d'intrigues complexes qui a su tout de même gardé mon intérêt, malgré les petits irritants. Un livre qu'il est impossible de ne pas terminer.

Mon appréciation : ****


1 commentaire: