mercredi 19 janvier 2011

J'ai percé un trou dans ma tête de Cynthia Girard, chez [ Héliotrope ]

« Parce que c'est devenu intenable, une fille va tenter de reprendre possession de sa tête envahie par une araignée cruelle qui est aussi sa mère. Mais rien n'est facile, car la mère l'araignée est très forte. Heureusement, la progéniture a des alliés. Parmi eux, un scarabée sensuel et psychiatre, un renard capitaine de bateau, un dauphin rose et une souris sadomasochiste.

J'ai percé un trou dans ma tête raconte l'irrésistible avancée, dans un réel dense fait de matière grise et peuplé d'animaux psychédéliques, d'une fille vers sa libération. »

Ce récit éclaté de Cynthia Girard, rappelle par moment le mouvement surréaliste, ou encore une espèce d'Alice au pays des merveilles pour adultes. Vous aurez compris que l'auteure utilise le symbolisme pour raconter le cheminement d'une jeune femme névrosée pour reconquérir sa vie des griffes de sa mère. Le thème de l'aliénation parentale en est un très commun et ce récit aurait pu être pareil à tout autre, toutefois l'auteur l'aborde d'une façon tout à fait originale. Un petit effort pourrait parfois être nécessaire au novice en décodage de symbolisme. On prend quelque temps à s'habituer à la plume vive et sensuelle de l'auteur. Les 20 premières pages nous déroutent carrément. On est assurément hors des sentiers battus! Cependant une fois qu'on la réussit à s'acclimater, on lit ce petit livre de 111 pages d'une traite en moins d'une demi-journée.


Pour lecteur averti.


Mon appréciation :*** 1/2


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire