lundi 6 décembre 2010

L'homme blanc de Perrine Leblanc, chez Le Quartanier




Kolia est un enfant né dans une prison d'URSS. La vie y est dure, il y a faim, il y a froid, il se méfie de ses geôliers ainsi que de ses codétenus. Puis, il rencontre un adulte, Iossif, à qui on a donné la responsabilité de s'occuper de lui. Iossif lui apprend la lecture, le français et surtout le doute, premier pas vers la liberté. Cette éducation se poursuit de longues années jusqu'au jour où, comme presque tous les prisonniers, Iossif «disparaît». Kolia se demandera toujours ce qui est arrivé à cet homme auquel il s'est attaché.

À l'adolescence, Kolia est libéré et ira vivre à Moscou, où Tania, la sœur de Iossis, lui obtiendra un travail dans les souterrains. Il y travaille jusqu'au jours où il rencontre Pavel, un clown du Cirque de Moscou, qui voit en Kolia un potentiel à exploiter. Ce dernier passera des auditions pour l'école du Cirque, deviendra clown et fera partie du Cirque pendant 30 ans. Cependant durant toutes ces années, il n'oubliera jamais Iossif et tentera de retrouver sa trace.

Je dois avouer de prime abord que j'ai eu du mal à m'engager dans cette lecture, à entrer dans l'histoire. L'écriture de Perrine Leblanc est toute en détails, mais également toute en réserve, comme le personnage. Cela a pour effet qu'on ne s'attache pas à Kolia et qu'il m'a été difficile de rester intéressée. Cette difficulté a également été alimentée par les nombreux détails, parfois trop nombreux pour moi, ne partageant pas avec l'auteur l'intensité de son intérêt pour l'URSS. J'ai constamment décroché de l'histoire. J'avoue avoir trouvé ce livre au rythme lent assez «beige». Pas mauvais, juste... neutre. Il ne s'y passe rien.

Il n'en demeure pas moins que cette histoire d'espoir permet de croire que malgré les mauvais traitements, la déficience d'habiletés affectives, quelque chose de solide, une amitié, peut germer et grandir dans les fissures du béton.

Note : ***

1 commentaire:

  1. D'accord avec le fait que le personnage est difficile d'approche.
    Un style un peu trop impersonnel, mais un bel effort de premier roman.
    Ma critique: http://maxxximee.skyrock.com/2999288115-Le-clown-triste.html

    RépondreSupprimer