samedi 18 septembre 2010

L'urgence de penser de Catherine Mavrikakis


Voici le contenu de la quatrième couverture : «Quand Le Ciel de Bay City paraît, Catherine Mavrikakis s'est déjà replongée dans l'écriture. Les textes sont courts. Ils parlent de tout, de la mort de Michael Jackson, du premier homme sur la lune, de l'enfance dans Montréal-Nord, des étés à Bay City, de l'ennui et de la lecture, du dernier message sur Facebook d'un ami qui vient de mourir et de la traversée de l'Atlantique par les immigrants des années cinquante. Elle met ses textes en ligne à mesure qu'elle les écrit. Ils sont longs pour un blogue et on ne trouve pas l'espace habituel pour laisser un commentaire. Encore moins de petite boîte avec un pouce levé pour cliquer « j'aime ». En vérité, un livre est en train de s'écrire sur ce cahier électronique : L'éternité en accéléré. Un recueil de cinquante-deux textes façonné par l'urgence de penser.»


Dans ce livre, Mavrikakis aborde plusieurs sujets. Certains diront que cet ouvrage part dans tous les sens. Ce à quoi je répondrais par cette question : la vie, elle-même, ne part-elle pas dans un nombre incalculable de chemins différents? Parfois au même moment.

J'ai vraiment apprécié la lecture de ce e-carnet qui se lit à petites doses, pour mieux assimiler, encaisser et parfois protester. Oui protester, car on n'est pas toujours d'accord avec les perceptions et conceptions de Mavrikakis. Mais là n'est pas le but de l'exercice. Celui-ci étant de réfléchir et de se positionner. Bien sûr, je n'ai pas toujours opiné de la tête en lisant cet ouvrage, cependant j'avoue avoir trouvé plusieurs points d'accord avec l'auteure. Certains ayant besoin d'être nuancés, mais tout de même assez pour avoir apprécié le livre. Certains lecteurs diront qu'il s'agit ici de borborygmes d'intellectuels. À mon avis, il est nécessaire de se poser des questions et de prendre position, ne serait-ce que pour soi-même. Une vie sans questionnement et sans position est, selon moi, une vie bien morne voire gaspillée.

Note : 4/5


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire